avatar de brazomyna

brazomyna

INpactien depuis le vendredi 07 octobre 2011

4297 commentaires

01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

Ok, je sais, j'ai juste voulu pousser un peu plus l'analyse de la conso sur la BP backbone vers particulier.
Moi je ne suis pas contre un vrai forfait, ie que tu fasses du home office ou que tu dnl comme un porc ou que tu sois abonné a netflix; je m'en fout et ça ne regarde personne comment tu satures ta BP.
Par contre si tu abandonnes la notion de forfait de fourniture d’accès, alors on va revenir a la téléphonie des annees 2000 et l'internet des belges. Il me semble qu'on régresse tous bcp dans ce cas sur les usages possibles d'une techno.

Il faut avant tout se sortir de la tête une fois pour toutes que les coûts d'un abonné seraient proportionnels à une quantité de consommation. Quelques (contre) exemples:

- le mec qui donwloade comme un porc à 100 mbits/s 12 heures par jour, mais qui le fait de 8h à 18h coûte que dalle au FAI parce qu'à ces horaires là, les liens sont sous-utilisés. Il "coûtera" moins cher que celui qui va taper sa petite demi heure de NnDeezer à 0.5Mbits/s tous les soirs à 20h au même moment que tous ses voisins, là où il y a le pic de conso qui est ce qui détermine le dimensionnement du sous réseau dans lequel il se trouve.

- le même downloader fou qui downloade en plus en soirée, mais qui habite dans un zone où une grosse proportion des abonnés sont des résidence secondaires, et des retraités qui utilisent rarement leur ligne pour autre chose que pagesjaunes.fr (qui a dit le Var?). Même principe, le lien étant sous utilisé il "coûtera" moins que le gugus dans une zone ultra peuplée de bobos de 30 piges abonnés à Youtube, Netflix et la mule.

- ou encore le même abonné relié à un dslam qui est lui même relié au backbone du FAI par une fibre de collecte qui appartient au FAI. Doubler la capacité du lien c'est upgrader deux équipements à chaque bout de la fibre, avec un coût non récurrent et faible. La même situation mais dans une zone où pour x raisons la fibre est louée, le prix payé est fonction de la quantité de données en pic, et là l'augmentation n'a plus rien à voir.

Bref, il y a un montagne de facteurs qui font qu'un octet de data n'a pas du tout le mêle coût à Parus, dans le Var, le matin, le soir, sur le NRA X ou son voisin le XY.

01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins


Toi tu la joue Robin des bois, moi je suis pragmatique, voila tout...

Non, tu balances n'importe quelle affirmation contraire à toute réalité pour construire des échafaudages branlants qui iraient dans le sens qui te sied au moment là.

A nouveau, les trois quarts de ce que tu as pris comme postulats pour étayer tes "thèses" sont parfaitement faux (genre les coûts proportionnels à la consommation de BP, neutralité du net qui impliquerait d'autres formes de neutralité, ...).

Moi et d'autres ont essayé de t'expliquer (ici et ailleurs), mais tu persistes.
A partir de là...
 
01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

Combien de gens regardent TF1 par ADSL parce qu'ils n'ont pas branché d'antenne TNT? Est-ce que c'est un surcout pour ceux qui ne veulent que l’accès internet, ces gens qui dilapident la BP du FAI pour un vulgaire signal TNT?

La TVip proposée par l'offre du FAI ne consomme pas plus sur le backbone du FAI qu'il y ait 0 spectateur ou 50 millions: le flux est de toute façon amené une fois sur chaque NRA ; à partir de là que tous les abonnés du NRA l'utilisent ou pas, ça ne change strictement rien à la charge réseau du FAI.

En un mot, la TVip qui est proposée par le FAI, c'est du broadcast (contrairement à des services comme Netflix, Youtube, ...).
 
 
01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

il
est pour moi normal qu'une personne qui consomme plus paye plus. C'est
là qu'on voit le principe même de tout illimité à du plomb dans l'aile. 

Ce raisonnement pourrait paraître valable si les structures de coûts du produit étaient proportionnelles à la quantité de data consommée.

Or l'abonnement au net est le cas typiquement inverse: la quasi totalité des coûts pour un abonné fixe sont des coûts indépendants de la consommation effective.

 Un exemple tout con qui représente à lui seul plus d'un tiers des coûts en ADSL: le loyer d'un FAI alternatif pour louer la ligne à France Télécom c'est environ 10€HT par mois. Qu'aucun octet ne transite sur la ligne ou qu'elle soit utilisée à fond 24h/24, 365j/AN, c'est strictement le même prix.

Et de par ce fait (et il y en a d'autresen réserve), ton raisonnement est totalement faux.
 
01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

@methos: tu mélanges tout dans un gloubi glouba indigeste: neutralité des aumgentations, du net, des obligations de résultat, etc...

Relis ce qu'est la neutralité du net. C'est la non discrimination des fournisseurs entre eux. Ce qui empêche que Google écrase Netflix juste parce qu'il est capable de payer grassement un tiers pour tuer la concurrence entre fournisseurs OTT

Une fois que tu as compris ce qu'est la neutralité, tu comprendras que la neutralité n'a rien à voir avec une augmentation des coûts ou de l'usage, elle a uniquement à voir avec la notion d'une concurrence libre et non faussée entres fournisseurs de contenu.
 
01
mars
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

vu la conso de BP de youtube et se fréquentation aux heures de pointes ça bouchonne souvent. Et c'est bien ce qui risque grandement d'arriver à plus grande échelle si on les FAI n'ont plus leur mot à dire sur leur réseau....
 
La c'est justement Free qui fait exprès de bounchonner Youtube à l'entrée de son propre réseau, en refusant d'augmenter la taille du tuyau d'arrivée, alors que Google ne voudrait que ça pour améliorer sa qualité de service auprès des clients de Free.

Il ne faut pas inverser les rôles: c'est bien Free qui décide de congestionner Youtube, pas l'inverse en refusant de revoir à la hausse le peering avec Google. C'est donc Free qui fait ici ce qui se rapproche le plus d'une ségrégation par fournisseur à l'origine du contenu qui arrive sur son réseau:
- Youtube, on te file juste un minimum de BP et tu satureras chaque soir si tu raques pas ;
- et dans le même temps: DailyMotion (Orange), on est potes, on a des maxi peerings entre nous.
 
 
28
février
2015

4G+, 4.5G et 5G : l'après 4G compte faire parler de lui au MWC

Si je te met dans la figure un gros spot de lumière rouge, ou un led rouge, c'est la même fréquence, mais tu devrais voir la différence.  
La puissance s'ADDITIONNE.

Si je te mets une source de rayonnement, puis une seconde de même intensité mais en opposition de phase, les deux s'ANNULENT.

 Et si je te mets un énorme spot avec une énorme puissance en infra rouge, ça ne dérangera pas le moins du monde tes yeux, puisque cette fréquence n'interagit pas avec.

De même, une toute petite flamme de briquet à 2mm de ta peau "t'ennuira" un peu plus qu'un grand bûcher à 20 mètres, pourtant bien plus puissant.
 
Donc non, il n'y a pas que la puissance qui intervient. La longueur d'onde, leur propention à interagir avec les composés organiques, la distance, et d'autres paramètres interviennent au moins tout autant.
 
28
février
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

que ceux qui parlent de marges opérationnelles considérables sur un abonnement sec me disent comment ils ont accès à une telle information. Certainement pas dans les comm' Fi, ni d'ailleurs dans aucun autre document publique...


Certains chiffres sont fournis ; d'autres sont estimé, mais le consensus est à 15% (à + ou - 3% on va dire) de taux de marge opérationelle, que ce soit pour un opérateur d'envergure continentale comme Orange ou un 'pure player national' comme Free.
Et le consensus du marché, c'est une augmentation de ce taux sur les années à venir, tout l'inverse d'un effondrement.

Exemples:
-http://bourse.lesechos.fr/bourse/consensus/details_consensus.jsp?code=FR00001333...
 -http://bourse.lesechos.fr/bourse/consensus/details_consensus.jsp?code=FR00040359...

 
(pour ceux qui ne connaîtraient pas, la marge opérationelle est ce qui reste à l'entreprise grosso modo quand elle a encaissé les abonnements des clients et payés ses dépenses de fonctionnement, y compris les amortissements de ses investissements (ici les réseaux dans lesquels elle investit en permanence, genre passage de la 3 à la 4G ou 5G, investissement dans la fibre, etc...).
 
Bref, je ne suis pas d'accord du tout sur le postulat qui voudrait que les opérateurs sont à deux doigts de rentrer dans une phase où leurs seules options sont soit la baisse des investissements et la dégradation de la qualité, soit l'augmentation des abonnements.


 (ps ; même si on n'est pas d'accord, le post est pondéré et constructif, comme ça semble souvent la norme sur les articles abonnés, et ça fait plez' :chinois:).
 
 
 
28
février
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins

petite précision:
il y'a quand meme un petit alinea qui ajoute que la priorisation peut etre utilisée en cas de force majeure ou de service utile. (l'exemple donné pour illustrer ca c'était les services de santé)

alors on va mettre une poudre de santé, deux grammes de services banquaires et un saupoudrage de protectionnisme. et hooo c'est tout beau la neutralité qui priorise les riches entreprises!

FUD. Ce qui est priorisé c'est le service en question, pas la société entière qui propose le service.
C'est d'ailleurs déjà le cas depuis l'existence des réseaux gsm.
28
février
2015

Neutralité du Net adoptée aux États-Unis : les internautes heureux, les opérateurs moins



Je n'ai pas tous les éléments en mais, mais il me semble que google et les gros autres opérateurs font déjà le maximum pour apporter du réseau en europe non ?


C'est exactement ça.
 
 Quand un FAI français s'interconnecte avec Google par exemple, il va pas chercher les données aux USA et les raptrie à ses frais jusqu'à ses abonnés via ses accords de perring.

C'est Google qui apporte à ses frais tout le trafic jusqu'aux point d'interconnexion du pays où tous les FAI sont déjà (typiquement, Paris ; pour Google il y a Marseille aussi), le FAI n'a alors plus qu'à router le trafic dans son propre réseau.
En d'autres termes, Google paie le transit intercontinental, il finance les datacenters de réplication des contenus, etc... pour apporter les données sur un plateau prêtes à être distribuées à chaque FAI.