avatar de Fuinril

Fuinril

INpactien depuis le jeudi 08 avril 2010

1700 commentaires

30
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris


J'ai  indiqué dans un commentaire précédent (page 3 je crois) que les clés sont validés avant achat par l'éditeur. Il fourni les partenaires avec des clés déjà activés  pour des questions de commodité à la fois pour eux et le client (parce que évidemment les partenaires qui reçoivent les clés sont de bonne foi).
Donc le produit n'a pas été "validé comme étant conforme" suite à la vente, la clé était activé avant l'acte d'achat.

Donc il y a une faille dans leur processus de sécurité et ce n'est pas à l'utilisateur final d'en subir les conséquences.

Qu'on se comprenne bien, je n'aurai pas été choqué d'apprendre que ces clés n'avaient pas fonctionné, mais à partir du moment ou Ubi valide la clé (qu'elle soit ou non pré-activée pour l'utilisateur c'est une validation de son achat par l'éditeur) ils s'engagent à fournir un service. C'est la contrepartie des activations de clés en ligne (on nous vend que c'est pour la sécurité, c'est le moment de le prouver).

 Pourquoi ? Parce qu'il existe des mécanismes de protection du consommateur, mécanismes qui ne peuvent être déclenchés que pendant un temps court après l'achat (opposition, contestation, rétractation, annulation, etc...), et c'est un peu facile de d'abord dire que tout va bien, donner accès au service, puis une fois que la période où ces possibilités ne sont plus ouvertes tout annuler en disant qu'en fait ça va pas.

 

Paragraphe 1:
Le problème n'est pas de vendre des produits à des compagnies n'appliquant pas la même législation financière. Le problème est juste que des compagnies ne respectent pas la législation financière de leur fournisseur. Ici le fournisseur (Origin) s'attends à vendre à des utilisateurs finaux dans le pays concerné (par exemple, Roumanie). Une entité étrangère (choississez votre pays), via VPN/proxy etc..., bypasse les restrictions d'accès géocalisées (comme ceux qui achètent leurs clés sur Steam RU ou qui accèdent à Netflix US...) et achète des clés pour les revendre.
Non respect de la localisation de l'acheteur, non respect de la non revente des clés, et en plus transaction frauduleuse par CB volés. 


Si vraiment il y avait des restrictions géographiques, pourquoi Ubisoft a validé la clé des utilisateurs ne se connectant pas de, disons Russie ? Encore une fois si Ubisoft avait refusé les clés à la validation il n'y aurait même as eu besoin d'en parler.

 
 
Correction:
Le fournisseur (Ubi) a vendu des produits à un revendeur agréé (EA) de manière tout à fait légal.
Ce dernier ne peut et s'attends à les revendre à des utilisateurs finaux uniquement. Or une compagnie étrangère (le revendeur), via la boutique en ligne, achète ces produits comme le ferait un utilisateur final normal. Sauf que non seulement, il utilise des CB volés (transaction frauduleuse) mais en plus, les revends, en totale violation des CGV et CGU.
Pour EA, le revendeur, considéré comme étant utilisateur final, est en violation délibéré des CGV et CGU, donc 
 ban des clés vendues.

Ceux que tu appelles client finaux ne le sont pas juridiquement. Ce sont des victimes secondaires (cf mon précédent commentaire)

 Libre circulation des biens, marché unique, tout ça. Je m'en contre fou
si c'est interdit au niveau des CGV, au niveau européen on se torche
avec car tout est régit par le code de la conso. Et le code de la conso stipule qu'on a le droit de revendre des licences logicielles, tiens si tu as raté ça :http://www.nextinpact.com/archive/72159-cjue-autorise-revente-licences-logiciels...

 


 Pour résumer un peu, ce n'est pas que les clés aient été invalidées qui me choque, c'est qu'elles l'ont été après validation initiale (pour le client), que la seule victime de l'histoire est le client qui lui n'y est pour rien (puisque même Ubi a récupéré ses billes) et qui n'a plus aucun recours car l'achat est trop vieux, et le tout sur la base d'une décision unilatérale.
  
 Pour être clair, je ne sais pas si cette action est légale... mais moralement elle n'est PAS juste. Et si elle est légale alors il faudrait amender le code de la consommation pour faire intervenir une décision de justice administrative. Ce n'est pas à un type assis dans un bureau de décider de punir des gens comme ça (principe de se faire justice soit même... dans un état démocratique ça le fait moyen).
D'autant que cette situation ne se produit que parce que les différents  acteurs de la chaine de vente ont manqué à leurs obligations de sécurité....
29
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris

Un petit parallèle ne fait jamais de mal. La Sncf produit des billets de
train, voyage-scnf en achète et les revend. Des voleurs achètent des
billets avec des CB volées, puis les revendent à un commerçant en
billets de trains. Tu achètes à ce commerçant ton billet. Tu arrives à
la gare, un contrôleur valide ton billet avant que tu ne montes dans le
train et le déclare conforme. Tu montes dans le train. A mi-chemin ce
même contrôleur revient vers toi, fais stopper le train en rase campagne
et te dit de descendre parce que ton billet a été payé par quelqu'un
(pas toi, quelqu'un dans la chaine) avec une CB volée.

 Il n'en a
pas le droit... tout simplement. Une fois qu'il a accepté de te fournir
le service et qu'il a validé ton accès vous êtes liés par un contrat
qui ne dépend plus de la vente. Et les situations sont très comparables,
nous sommes dans le cas d'une fourniture de service.
29
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris


Sauf que les banques françaises ce ne sont pas les banques du monde entier. Les transactions financières sont souvent déclarés en Irlande ou au Luxembourg en Europe concernant les grands groupes (comme EA/Ubi) et les banques qu'ils utilisent ne sont pas forcément françaises (et donc ne sont pas "forcées" à utiliser le 3D Secure.

Ce type de remarque ne fonctionne que si la boutique (et/ou la banque utilisée) est domiciliée en France.
 

C'est le problème que j'ai avec la plupart des gens ici, vous pensez que c'est la loi française qui s'applique parce que vous commandez depuis la France, le truc c'est que ce n'est pas le cas en fait.
7-Entertainment, OKS, G2A et compagnie ne sont pas enregistrés au registre du commerce français. Les conditions pour monter une entreprise en Chine et à Singapour sont beaucoup strictes qu'en Europe ou en Amérique du Nord.

Effectivement, c'est une remarque pleine de bon sens. Et je ne connais pas les législations chinoises et américaines.

On peut dès lors se poser la question de la responsabilité du fournisseur de vendre des produits à des compagnies n'appliquant pas la même législation financière. Qui est responsable ? Et qui a le droit de punir qui ? (non si on ne paye pas un maçon il n'a pas le droit de venir démolir la maison parce que ça l'a énervé...). D'autant que dans la chaine, le groupe propriétaire du fournisseur initial et le "punisseur" est français...
Ca complique fortement le problème... et ça légitime presque le zonage que j'ai toujours eu en horreur...

Disons pour faire simple j'ai un problème : nous sommes dans une situation où le fournisseur (Ubi) a vendu des produits a un autre fournisseur (EA) de manière tout à fait légal.
 Ce dernier a lui même vendu ces produits a un autre fournisseur mais avec des CB volées (et peut être qu'il ne savait pas lui même que les CB étaient volées, je ne connais pas la méthode d'appro de ces sites - je doute qu'ils achètent chaque clé une par une, ils doivent avoir des fournisseurs).
 Enfin le client final achète de manière légal la clé.

Pourquoi est-ce que c'est le client final qui doit être lésé dans cette histoire ? Et surtout puni directement et sans décision de justice par le fournisseur initial alors que ce n'est pas le fautif de la chaine ? Surtout après que le fournisseur du service, se trouvant par un heureux hasard être aussi le fournisseur initial du produit, ait validé le produit comme étant conforme et donné accès au service...
 
Au niveau du code de la consommation ça me semble très limite quand même...

 Mais merci d'avoir souligné tout ça :chinois:


 

Et concernant Paypal, si ils bossent avec des vendeurs à la sauvette même s'ils en sont pas conscients (et je ne parle pas des revendeurs de clés spécifiquement). Tout ce que demande Paypal pour ouvrir un compte marchand ce sont des coordonnées bancaires et une preuve que la société est enregistrée comme tel dans le pays où il est domicilié. Ils n'ont pas la main d'oeuvre pour vérifier que chaque entreprise qui s'enregistre fait un business légal, ils agissent en tant qu'intermédiaire de paiement, pas plus.

Concernant paypal ce sont des emmerdeurs finis dès que tu as des problèmes de paiement sur tes commandes (je sais de quoi je parle). Et le client a (presque) toujours raison.

Vu qu'on a un pourcentage de paiements excessivement faible contesté (à vu de pif je dirais environ un par mois sur un peu plus de 7000 paiements), et vu comment paypal prend la chose quand on leur en parle avec notre statut de grand compte quand on tente de faire valoir notre point de vue - et on ne conteste pas tout, certain des conflits étant juste des clients ayants demandés une annulation et étant un peu parano - j'ai des doutes qu'ils continuent à travailler longtemps avec des vendeurs à la sauvette...
29
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris

 
"- Soit la CDKEY vendue est une vraie CDKEY : c'est, en réalité, l'hypothèse la plus plausible. Le site internet qui propose la vente de clés a simplement acheté le jeu légalement, pour une bouchée de pain, dans le commerce d'un sombre pays de l'Est à l'économie vacillante. Il est donc propriétaire de la clé en tant qu'acheteur et veut la revendre. Vous en saurez plus en lisant mon article à paraître dans le dernier numéro d'été du canard, mais sachez que c'est illégal. En effet, la seule possibilité de revente légalement admissible est la revente d'un support matériel d'une œuvre de l'esprit, pas sa version numérique. En gros, vous pouvez revendre votre DVD de Street Fighter IV, mais pas sa version numérique téléchargée sur STEAM. Vous pouvez remercier l'article L. 122-3-1 du Code de la propriété intellectuelle."  C'est un peu vieux mais comme les lois n'ont pas changé.


pas de bol, les lois ont changé - ou à tout le moins la jurisprudence européenne qui rend légal ce type d'activité dans l'UE. La cession d'une licence d'utilisation est légale au niveau européen (procès UsedSoft contre Oracle)
29
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris


Et il faut le répéter mais le vendeur à la base c'est Origin (Electronic Arts), pas Ubisoft, donc ce n'est pas la faute d'Ubisoft cette situation.

De plus le 3D Secure n'est pas forcément activé par défaut chez toutes les banques au niveau mondial (ça peut être une option payante supplémentaire chez plusieurs banque dans d'autres pays) et certains 3D Secure peuvent êre contournés (ceux qui demandent la date de naissance par exemple, il n'y a que l'envoi de code à un téléphone qui soit le plus safe).

Et dans ce cas ce sont les banques les responsables.

La loi est simple et claire : les banques sont responsables intégralement de la sécurité des moyens de paiement qu'elles fournissent à leur client.

La réponse des banques françaises a été un lobbying massif pour modifier la loi afin qu'elle inclue qu'il est nécessaire que les prestataires de paiement intègrent une sécurité fournie par la banque avant d'engager leur responsabilité. De ce lobbying est né une réponse mal adaptée et pourrie, autant pour le client que pour les commerçants : 3D Secure.
Si un webmarchand valide des commandes de CB volées sans avoir mis 3D Secure en place il l'a dans le fion.
Si il a mis 3D Secure en place la banque le rembourse.

D'où ma remarque : si c'est Origin qui a vendu les clés et qu'ils n'ont pas mis de système de protection ce sont eux les responsables, pas les clients finaux. Si c'est Ubisoft c'est ubisoft.... et si c'est la banque c'est la banque.
Les clients n'ont rien à voir dans l'histoire : les clés ont été validées par Ubisoft et le blocage n'a été fait qu'après la fin de date de contestation de paiement : Ubisoft est responsable et doit se tourner vers son prestataire responsable selon le cas, pas contre le client qui n'a aucun recours.



 


Je ne connais pas le mode de fonctionnement d'Ubisoft sur les paiement
mais effectivement ils pourraient peut être revoir leur sécurisation.

Maintenant cela ne change rien au fait que le client final acquiert un
bien volé (et on se fiche de la méthode) auprès de revendeur non agrées
qui ne sont pour moi pas différents de simples vendeurs à la sauvette
...

C'est comme si on avait volés des jeux dans un entrepôt
et que l'on reprochait à l'éditeur de pas avoir mieux surveillé ses
biens.
Je trouve par contre la communication d'Ubisoft
mauvaise sur cette affaire et qu'ils devraient en parallèle attaquer les
sites qui ont revendus les clés s'ils les connaissent.

 A partir du moment où Ubisoft a validé la clé le bien est considéré comme valide. Ils disposent d'un ultime moyen de vérification par ce biais, ce qui est plus que l'intégralité des autres secteurs.

Quant aux vendeurs à la sauvette qui sont enregistrés au registre du commerce permets moi de rigoler. Tu crois que paypal bosse avec des vendeurs à la sauvette ? Ce qu'ils font est parfaitement légal, ce n'est pas noir ou même gris, c'est l'essence même du marché unique. Certes pour une fois ça va dans le sens du consommateur mais c'est on ne peut plus légal.
29
janvier
2015

Far Cry 4 : entre clés bannies et marché gris


C'est peut être pas la faute du joueur mais encore moins d'Ubisoft, maintenant faire cadeau du jeu au joueur aurait pu être un beau geste commercial je te le concède mais cela encouragerait les joueurs à acheter leur jeu n'importe où.
Ici c'est des jeux volés donc Ubisoft est dans son plein droit, maintenant si l'on prouve que c'est faux effectivement qu'il faudrait boycotter Ubisoft

Pas la faute d'Ubisoft ? Mais si ils passaient par un prestataire de paiement bancaire affilié à une banque au lieu d'implémenter leur propre solution de paiement ils n'auraient pas ce genre de soucis...

Il existe des vérifications possibles concernant les paiements en lignes (3D secure pour ne citer que lui), si Ubisoft n'en implémente pas c'est leur problème et c'est à eux de prendre la responsabilité de la fraude... C'est exactement le même cas pour tous les revendeurs : soit tu passes par une solution de paiement officielle et tu implémentes les protections anti CB volées et la fraude est assumée par la banque, soit non et la fraude est assumée par le commerçant.

Ici Ubisoft n'implémente pas les protections et ce sont les clients finaux qui en assument les conséquences... Ca a du bon d'être une multinationale....
27
janvier
2015

Windows 10 : le navigateur Spartan de Microsoft est disponible

Tu te trompe. Il est impossible d'identifier un navigateur côté serveur (à ma connaissance) car je peux te faire un script BASH qui enverra des trame disant qu'il est Chrome v76 si je le souhaite.
En quoi utiliser JS est dégueulasse? (je préfère la version ECMAScript perso mais chacun ses goûts).
 
 La seule façon de proposer une expérience utilisateur unique pour chacune de ses venues et d'utiliser le JavaScript et plus précisément de tester TOUTES tes fonctions pour vérifier si elle sont compatible ou non avec l'utilisateur (il existe une fonction basique en JS pour tester les fonctions JS). Si la fonction n'est pas compatible avec l'utilisateur alors tu dois soit trouver un moyen pour faire cette fonction en utilisant les fonctions disponible par l'utilisateur soit tu ne fais pas passer l'utilisateur par ta fonction indisponible chez lui.
Dans tout les cas, un site HTML qui me refuse l'entrée en vérifiant car je n'ai pas "Chrome" dans mon user-Agent c'est direct poubelle et note rouge sur WOT ;-)
De plus, comme dit dans mon précédent message, un site qui n'est pas lisible sur toute les plate-formes "PC" (entendre par là que j'exclus les mobiles et autres) n'est pas un bon site. un bon site doit être lisible sans CSS et sans JS (et sans aucun plug-ins tiers). Un simple Copier/Coller de son HTML devrais suffir à le rendre lisible. Comment faire? test le site Web dans un lecteur de site et tu verras si le site est "bien" ou s'il est codé avec une pelle ;-)

Encore une fois je ne préconise pas la mise en place de sécurités basées sur le user-agent, d'ailleurs j'avais mis des guillemets autour de sûr, ce n'est pas pour rien.

C'est sûr uniquement dans la mesure où tous les navigateurs l'envoient, et donc on peut se baser dessus pour envoyer un rendu adapté. Si la majorité des utilisateurs, ou même une part significative, bidouillaient les user-agent ça ne serait plus vrai, en l'état ça l'est.

Et que je décide de faire gérer mon rendu visuel par le serveur ou le client ça me regarde, hors côté serveur, la seule information que tu as sur le navigateur du client c'est son user-agent (et il faut avouer que c'est souvent plus pratique et plus simple de le faire côté serveur, notamment pour désactiver des fonctionnalités qui n'ont pas leur place sur une version mobile - et pareil si tu me dis que c'est "pas bien", je te répondrai que ça dépend des contextes et des usages).
Après l'utilisateur le change ? Et alors ? Il aura la version desktop avec peut être des fonctionnalités ne fonctionnant pas... ça le regarde.

Tu peux envoyer des appels http avec le user-agent modifié ? moi je peux faire un module FF qui dira à ton JS qu'il est lynx92 avec un écran de 2 milliards de pixel de large.... ce n'est pas plus sûr que le user-agent ou n'importe quelle donnée provenant du client.
 
Concernant ton laïus sur le js c'est bien beau mais je te mets au défi de faire fonctionner l'intégralité d'un site moderne sur certains navigateurs comme lynx ou midori...
 


Déjà ne confonds pas responsive et adaptive, le RWD n'est qu'une des
possibilités techniques pour mettre en oeuvre de l'AWD. Tu peux très
bien détecter en JavaScript un usage tactile et charger une feuille de
style alternative par exemple. Il n'y a pas de "modèle de rendu
vertical" pour le Responsive, quoi que cela veuille dire, tu peux faire
une page à scrolling horizontal si ça te chante. Ce n'est pas parce
qu'on met en place des media queries qu'une mise en page est imposée. Et
ce n'est pas parce que tu as vu deux-trois sites avec un design
similaire qui se disent "responsive" qu'on ne peut pas faire autre
chose. On a vite fait de faire des amalgames.

 Si tu te bases
uniquement sur les User Agent, tu n'as aucun moyen de savoir si
l'utilisateur a une dalle tactile: par exemple s'il utilise Chrome sur
une tablette Windows, ce n'est pas l'User Agent qui va t'aider. Côté
client tu peux connaître les dimensions du viewport, l'orientation du
device, les types d'interface de contrôle, la bande passante etc...


Deux versions du site, une mobile et une fixe, c'est une stratégie
complètement dépassée. Les périphériques intermédiaires
(phablettes/tablettes) ne sont pas adressées, et il y a toutes sortes de
tailles de smartphones allant des résolutions 320x480 à 2560x1440 (et
bientôt les smartphones 4K !). Et quid des moniteurs tactiles fixes ?
L'énorme avantage de l'AWD est de ne plus avoir de "versions" mais un
ensemble de tests et de chargements conditionnels. Les tests de support
de fonctionnalités JS font également partie de ces tests, il y a
toujours un fallback quoiqu'il arrive.

Si vous voulez plus de détails : http://books.google.fr/books?id=XL7KAwAAQBAJ&printsec=frontcover

Blabla... si tu penses qu'on peut faire en adaptive tous les designs du monde que l'on peut avoir en rendu desktop alors il serait temps d'arrêter les cours et de passer à la pratique... Ou d'arrêter les grosses sociétés standardisées et de sortir dans le monde réel où la majorité des sites sont faits par des TPE/PME n'ayant ni les moyens ni le temps d'étudier 50 designs pour en trouver un qui réponde aux attentes à la fois du desktop et du mobile.

 Pour info le user-agent envoie généralement aussi l'os sur lequel il tourne.

Et le double design ce n'est pas dépassé mais actuel. On se dirige doucement vers une transition (qui se terminera ou pas notamment en fonction de la réussite de l'implémentation de la fonctionnalité zoom - c'est pas gagné), mais actuellement l'immense majorité des sites ne sont pas fait pour du mobile. C'est comme ça et ça coute bien trop cher (pas que en dev, en référencement aussi) de faire une refonte intégrale du site pour le passer en adaptive quand une simple refonte pour une version spécifique suffit (elle-même adaptive, faut pas déconner, donc les phablettes sont gérées).
L'adaptive c'est bien mais ça ne fait pas le café. Et quant au fait que ce soit l'avenir peut être mais c'est loin d'être certain.

Ah et dernière chose : les sites adaptives horizontaux : il y en a pas ou presque parce que ce n'est juste pas pratique du tout. Mais quand je parle de design vertical c'est surtout pour dire que par nature tu dois abandonner les cadres de tailles fixes avec des pages séparées en 3 parties verticales par exemple.
 
27
janvier
2015

Windows 10 : le navigateur Spartan de Microsoft est disponible

Je ne sais pas ce que tu appelles "design standard" mais ce n'est pas l'Adaptive Web Design qui va t'empêcher de faire quoi que ce soit. Il s'agit juste de s'adapter au contexte d'utilisation, derrière tu fais ce que tu veux. Et le fait que tu parles de "version standard" montre clairement que tu es dépassé, il est bien loin le temps où l'on proposait une version mobile et une version pc. Avec tous les périphériques intermédiaires existants aujourd'hui, ça n'a plus de sens de couper la poire en deux entre fixe et mobile (surtout que les utilisateurs smartphones préfèrent généralement les versions fixes). L'AWD combine tests de support, tests d'environnement et analyse des usages pour offrir une expérience utilisateur bien plus riche.

Sinon, la dernière grosse étude de Yahoo faisait état de 0.2% de visiteurs avec JavaScript désactivé. Pourrir l'expérience utilisateur de 99.8% de ses visiteurs pour satisfaire ces 0.2%, ça n'a vraiment aucun sens. Le JavaScript désactivé c'est l'éternel argument des devs back-end pour justifier de continuer à faire le taf côté serveur et ne pas avoir l'air dépassé, mais il faut voir la vérité en face à un moment.

Tu fais beaucoup moins de chose en responsive qu'en desktop de taille fixe (une barre latérale par exemple). Alors oui tu peux calculer son affichage, sa taille, etc mais au final tu te retrouves avec un truc horrible.

Si l'adaptative est basé sur un modèle de rendu vertical ce n'est pas pour rien.... et en desktop tu n'as pas cette contrainte.

En gros tu as un choix à faire quand tu fais un site : soit tu choisis un design qui s'adaptera en fonction du device avec les contraintes inhérentes à ce mode de rendu, soit tu fais plusieurs versions.

Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Le responsive c'est la mode mais ce n'est pas "mieux", c'est juste différent.

Et je ne vois pas en quoi tu pourris l'expérience de tes utilisateurs avec 2 versions d'un site pour les 0.00001% des visiteurs avec un user-agent modifié....  Et faudra m'expliquer comment tu fais pour les navigateurs exotiques qui ne supportent pas tes fonctions js (y a pas que 4 navigateurs sur le marché, mais une foultitude)
 

  Le user-agent n'est pas du tout le seul et unique moyen "sûr" de faire cette différence. D'ailleurs ce n'est même pas un moyen sûrs de faire ça !
Javascript possède des fonctions intrinsèques permettant cela et tu n'as pas besoin de rajouter des plug-ins.
D'ailleurs, tu trouveras sur tout les navigateurs la possibilité de mettre comme user-agent "Big Peggy" même si tu navigue avec Safari sous iOS.

D'ailleurs tu le dis toi-même, Google pousse SES fonctionnalités pour être des standard à SON effigie. Il ne se soucis pas du Web mais de la capacité du Web à pouvoir être lus par SON navigateur propriétaire. Pareil que ca qu'a faire Microsoft à son apogée. Donc la situation est identique.

Webkit est très loin de respecter les standards. Peut-être t'en rendras-tu compte dans 10 ans comme lorsque tu t'es rendus compte qu'optimiser un site pour IE6 était une bétise ;-)

Le user-agent c'est la seule façon d'identifier le navigateur côté serveur sans passer par des magouilles dégueulasses à base de js et d'ajax et/ou de cookie (sachant que toutes ces infos sont au moins aussi facilement modifiables que le user-agent).

Ce que google a fait pour le web ne se mesure pas à l'aune de son navigateur... des choses comme webGl ouvrent des perspectives même si ce n'est pas un standard. La techno est intéressantes et aura des débouchés qui iront bien au-delà de Chrome.
Et on pourrait parler de ce que Google fait en tant de moteur de recherche, avec entre autres, le fait de pousser le full https, punir les sites utilisants de mauvaises pratiques de référencement, etc...

Tiens, même la chute d'IE 6 est partiellement due à Google...
 
Et tout ça sans parler des nombreuses fonctionnalités qu'ils proposent gratuitement (maps, gmail, news, etc...) et qui a fortement contribué à passer le web du statut repère de geeks à plate forme d'échange mondiale.
 
Au cours des années aucune société n'a autant marqué le web que Google...



Encore une fois comparer la situation entre Chrome et IE6 n'a pas de sens...Déjà le respect des standards dans webkit est, pas parfait, mais très très bon (le meilleur des moteur de rendu actuel), et si tu n'en est pas content rien ne t'empêche de le modifier.... j'ai pas encore entendu dire que le code de trident était libre...
27
janvier
2015

Windows 10 : le navigateur Spartan de Microsoft est disponible


Okay je vois, les idées reçues ont la vie dure... Les user-agent ne sont en aucun cas un moyen "sûr" de tester l'environnement d'un utilisateur, ce n'est pas pour rien qu'on critique depuis des années le user agent sniffing. Fournir un contenu différent en se basant sur l'User Agent est une grossière erreur commise depuis des années, cela va à l'encontre du principe d'uniformité des URL. S'il faut charger un contenu différent, il faut que ce soit le navigateur qui en fasse la demande. Et ça tombe bien, avec JavaScript, on a accès à quantité d'informations supplémentaires sur le device et le contexte d'utilisation, informations auxquelles le serveur seul ne pourra jamais avoir accès. Les patterns de détection et les techniques de chargement adaptatif sont les fondements de ce que l'on nomme Adaptive Web Design, et qui s'avère aujourd'hui la référence en matière de web multplateforme. Pour information, le web multiplateforme est mon domaine de spécialisation professionnelle et j'ai récemment publié un livre sur le sujet donc j'ai la prétention de savoir de quoi je parle.

Sauf qu'avec un site en adaptative tu es loin de pouvoir faire tout ce que tu fais avec un design standard.

Fournir un contenu différent ne pose aucun problème... D'autant que dans la plupart des cas il est possible de revenir à la version standard du site. Certes le user-agent, et les headers http en général, sont tout sauf un moyen sûr, mais tous les navigateurs du monde envoient un user-agent ; donc c'est une information exploitable. Après un utilisateur s'amuse à modifier ses headers, il a la version standard, et alors ? Ce n'est pas ma cible...
 
 
Et au passage, tu fais comment avec tes supers contrôles js si ton utilisateur a désactivé javascript ? Ou si son navigateur ne supporte pas les fonctions que tu appelles ? Ce sont des cas rares, mais nettement plus fréquent qu'un type qui s'amuse à modifier son user-agent :fumer:
27
janvier
2015

Le nouveau délit d’obsolescence programmée amendé au Sénat

D'accord, il y a souvent des abus, comme Samsung qui ne supporte ses téléphones que trop peu de temps, mais ce n'est pas le cas de tous les fabricants (par exemple ma Nexus 7 de 2012, toujours supportée par Google).

Le cas samsung c'est une chose, mais parlons un peu d'appel et de iOs volontairement ralenti sur des anciens devices....

C'est encore un cran au-dessus : tu as la maj mais elle flingue ton appareil... et si tu la mets tu te prives de fonctionnalités essentielles...