S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité
Avatar de Rozgann INpactien
Rozgann Inscrit le mercredi 16 janvier 08 - 382 commentaires -
Les derniers commentaires de Rozgann :
A propos de sécurité et de Linux, GNOME s'oriente vers des applications sandboxées avec des droits limités, et une intégration sympa avec l'environnement. L'article qui détaille leur approche est ici :http://blogs.gnome.org/aday/2014/07/23/sandboxed-applications-for-gnome-part-2/

C'est un peu dommage qu'ils travaillent sur ça dans leur coin, à mon avis ce genre de réflexion devrait être mené au niveau de FreeDesktop et pas de GNOME, mais leur approche est intéressante. Faire en sorte que l'interface à laquelle l'utilisateur est confronté parle plutôt de vie privée plutôt que du concept flou de vie privé est intéressant. Et demander les autorisations au moment où l'application en a besoin plutôt qu'à l'installation, c'est clairement une amélioration par rapport à ce qui peut exister sous Android par exemple. Par contre, c'est encore un pas en arrière pour l'utilisation des applications GNOME dans un autre environnement. Ubuntu va vraiment devoir développer son propre environnement et abandonner ses dépendances à GNOME.
C'est clairement la bonne approche : base technique commune pour simplifier la maintenance de l'OS et le développement pour les développeurs tiers, et interface spécifique pour chaque type d'appareil.

Du coup, il sera possible de développer une application unique avec une interface qui s'adapte en fonction de l'environnement dans lequel elle se trouve ? Ce serait pratique pour les appareils hybrides : j'ai mon application en version tactile sur ma tablette, je la mets sur un dock connectée à un écran plus grand et un clavier/souris, et l'environnement s'adapte aux nouveaux périphériques, l'application reste ouverte et modifie son interface.

En tout cas, ce usecase est un des objectifs de KDE. Avec Plasma 5, ils ont déjà l'environnement qui s'adapte automatiquement, et ils exposent une API pour informer les applications du mode le plus adapté. Et QtQuick pousse au découplage total entre l'interface et la logique, et le langage QML facilite la création d'interfaces qui s'adaptent.

Ce serait intéressant de voir si Microsoft vise la même chose, où s'ils veulent simplement pouvoir réutiliser des bouts de code tout en gardant des applications séparées.

Tu veux donc une forme de totalitarisme en voulant imposer aux autres ta vision parfaite de la société…

En quoi, s'il te plait ?

Sachant que 99% de la population doit penser la même chose, veut imposer sa propre utopie aux autres, mais avec des visions différentes, ce que tu veux finira en conflit.
Je préfère un système qui permette de fédérer un tant soit peu les sensibilités et les utopies des uns et des autres.

L'endoctrinement n'a jamais rendu les gens moins cons. Tu crois que ce qui détermine l'individu se réduit à l'éducation ? Tu crois que tu peux maitriser le « contexte social » comme si la société était une machine bien huilée ?
Franchement, parler d'éduquer les autres, cela sous-entend une sacrée présomption concernant ta propre éducation…

On ne maitrisera jamais la réalité, ni le chaos

Où ai-je parlé d'endoctrinement ? Apprendre aux gens des notions telles que Liberté, Egalité, Fraternité, Tolérance, Respect de l'autre, ce serait de l'endoctrinement ?

Si tu veux améliorer le monde, sois le changement que tu veux voir dans le monde. Ce sont tes actes qui font la société, pas la décision d'un leader éclairé dans lequel tu mets tous tes espoirs. Le progrès vient du premier, le malheur vient du second… On l'a bien vu au cour du siècle précédent où menaient les idéologies totalitaires.
Enfin, tu exiges que les autres te tolèrent et te respectent. Est-ce que tu le leur rends ? Si tu veux du respect, sois respectable.

En quoi ai-je manqué de respect à qui que ce soit dans un de mes commentaires ici ?
Tu crois à un état parfait de la société, moi non.
Ça te choques que les cons soient cons, moi, je m'en fous.
Tu peux dénoncer la connerie, tu ne la supprimeras pas pour autant. D'ailleurs, les plus gros connards de l'histoire sont ceux qui ont voulu débarrasser la Terre de leurs cons.

Ton raisonnement est absurde. Parce qu'on ne peut pas atteindre un état parfaitement juste, il ne faudrait pas essayer d'y tendre ? Il y a un siècle, c'était très courant pour un adulte de se moquer des handicapés (et c'est toujours le cas dans un certain nombre de pays dans le monde). Aujourd'hui, face à un comportement discriminant pour un handicapé, il y aura des réactions et ça parait naturel pour tout le monde. Ca montre bien qu'il peut y avoir une évolution des mentalités. Par contre, les comportements sexistes sont encore admis par beaucoup de gens, et il y en a même une partie qui viennent justifier ces comportements.
Alors oui, il y aura toujours des cons, c'est certain. Et au fond je m'en fous aussi qu'ils soient cons. Ce qui me gène, c'est que ces cons nuisent à d'autres personnes en tout impunité, et que les autres réagissent en disant : "ça ne me concerne pas, je m'en fous". Donc non, on ne supprimera jamais les cons, mais je pense qu'on peut en réduire le nombre (par l'éducation), et créer un contexte social dans lequel ils ne se sentent pas à l'aise d'exprimer leur connerie. Et je pense pas qu'il soit nécessaire d'avoir recours à la police de la pensée ou à l'extermination de masse pour ça...
Dire qu'il y a une discrimination par le genre c'est en gros insinuer qu'il y a une sorte de copinage de genre, que les mecs préfèrent recruter/augmenter/promouvoir des mecs et qu'il y a donc un cercle vicieux dans ce style.
Pour moi ça n'a aucun sens.

Si c'est comme ça que tu le comprends, c'est que je m'exprime mal. En tout cas, ce n'est pas ce que j'insinue. Relis mes commentaires précédents, je ne pense pas avoir une seule fois opposé homme et femme, et je n'ai jamais accusé les hommes d'être responsable du sort des femmes... Ce sont les conceptions du rôle de l'homme et de la femme, par les hommes et par les femmes, qui sont à revoir. Qu'est ce qui justifie, dans un couple ou les deux travaillent autant d'heures, que ce soit la femme qui fasse la plus grande part des tâches ménagères ? C'est pourtant une situation très courante.

Au contraire, je dirais qu'à qualité/motivation/ambition égale, les femmes s'en sortent mieux, car quelque soit le secteur, on est content de montrer une certaine parité dans le recrutement et dans les postes à haute responsabilité, c'est hype et tendance niveau marketing pour les boites et niveau démogogie pour les politiques

En entreprise, le but c'est de maximiser les profits, et mis à part quelques secteurs marginaux où le taux de femmes peut être un paramètre qui influence son chiffre d'affaire, je pense que le recrutement se fait en fonction de ce que le recruteur pense être le mieux pour les performances de l'entreprise, pas en fonction du hype et de la tendance. Le problème, c'est justement qu'à niveau de qualification égal, une femme sera souvent considérée comme moins "performante" qu'un homme. A noter que l'inverse doit également être vrai, et dans certains métiers dominés par les femmes, un homme sera considéré comme moins performant quelles que soient ses performances réelles. Il y a simplement plus de métiers dominés par les hommes.

Oui les femmes ont le droit de vote, tous les partis ont intérêt à avoir le plus de parité possible, s'il le font pas, c'est qu'il le peuvent pas... et c'est tout.

Donc ce n'est pas un problème ?
Moi ce qui me gène c'est que ce genre de "faits" sont toujours sortis de toute pondération. Qu'on oublie que les femmes, par choix ou par obligation, ont tendance à arrêter de travailler une fois maman (le pourcentage augmentant avec le nombre d'enfant), que c'est un fait que maternités et travail à haute responsabilité sont légèrement incompatibles, que des études montrent que l'homme, pour des raison hormonales (testostérone etc.) est globalement naturellement plus ambitieux et aime d'avantage la compétition, sans parler de l'avantage physique évident qui compte pour les travaux physiques. Bref, tout un tas de raison qui explique pour moi que ce fait est somme toute logique, et que égaliser le tout de force politiquement serait en fait de la "discrimination positive" et qui dit discrimination dit victime.

J'aimerais bien lire l'étude qui montre que les hormones ont une part plus importante dans l'ambition et l'esprit de compétition que le contexte socio-culturel dans lequel tu grandis...

Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait aucune différence entre homme et femme, et que les sports collectifs devraient être mixtes ou ce genre de chose. J'ai jamais parlé d'imposer quoique ce soit,je ne pense pas non plus que la discrimination positive soit une bonne solution. Je dis simplement que la discrimination par le genre est encore une réalité, contrairement à ce que certains d'entre vous semblent croire. Il existe d'autres moyens que la discrimination positive. Déjà commencer à arrêter d'apprendre aux enfants que les filles doivent jouer aux poupées et aimer le rose, et que les garçons doivent aimer le bleu et jouer aux gendarmes. Je trouve aussi que c'est anormal que l'Assemblée Nationale soit très majoritairement composée d'hommes. C'est en grande partie dû à un manque d'ambition des femmes, c'est vrai, mais surtout parce que le contexte socio-culturel ne les y encourage pas. L'expérience dans d'autres pays avec une culture différente le montre. Donc il faut encore que les mentalités évoluent à ce sujet. Et c'est pas en focalisant sur le discours de quelques extrémistes pour masquer le discours des modérés que ça va évoluer...
Tu sais, la haine, il y en a toujours, il y en a toujours eu. L'humanité fait avec depuis des millénaires.
La haine des races, la haine de classes, la haine de genre…
Que l'autre soit haineux ne me dérange pas en soi, on ne contrôle pas les pensée des autres. Ce qui importe, ce sont les actions qu'il peut réaliser par haine. Dans un crime haineux, le problème n'est pas tant la haine, mais le crime.
De plus, je ne m'inquiéterai pas spécialement du sexisme, l'acceptation des femmes dans la société est très forte ces dernières décennies. On n'a plus la femme-meuble. Même s'il est vrai qu'il y a une certaine régression de la part de femmes qui acceptent d'être des objets sexuels. Mais est-ce qu'on peut controler les désirs des uns et des autres ? Déjà à l'époque, dans la psychologie des foules, Lebon, dans son analyse considérait qu'il était impossible de maitriser cela.

Oui enfin tu fais comme si le problème de la discrimination selon le genre était réglé... Je te rappelle que les femmes sont toujours payés moins à compétence égale, qu'elles accèdent beaucoup plus difficilement aux postes à responsabilité, qu'elles font toujours la très grande majorité des tâches ménagères à la maison, qu'un père qui souhaite prendre un congès parental pour s'occuper de ses enfants n'est pas toujours bien compris, etc...
Et une gamine qui veut simplement faire un cosplay et partager sa passion sur Internet peut se faire traiter de salope alors que ça viendrait pas à l'idée de faire la même chose pour une personne de sexe masculin. C'est pas parce que la connerie a toujours existé et existera toujours qu'il faut arrêter de la dénoncer...

Ah bah, les feministes en mousse ont gagné avec toi, alors...
C'est exactement leur but, que nous ne nous sentions plus des hommes....

Faut être "égal", il parait. Et égal à une femme, ca veut dire "ne plus être un homme".
Nous ne sommes PAS égaux, c'est une chimère. Nous sommes trop différents pour être égaux.

Exactement, et c'est également une chimère de vouloir être égal avec un noir, avec un nain, avec un chinois... nous sommes trop différents pour être égaux....

L'égalité, ce n'est pas l'uniformité, c'est avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs, avoir les mêmes chances, être traité de la même façon par les autres, être payé au même niveau pour le même travail. Mais personne ne te demande de cesser d'être un homme.
Je crois pas du tout à un robot capable de conscience, pas en 2050 en tout cas. C'est pas parce qu'on sait faire un algorithme qui apprend de ses expériences, et qu'on sera bientôt capable de fabriquer un ordinateur avec la puissance de calcul théorique d'un cerveau humain qu'on saura reproduire une intelligence complète.

Simplement au niveau du langage, le son n'est qu'une petite partie de ce qu'on exprime ou perçoit. Si on rajoute les gestes et les expressions du visage, on a déjà un échange un peu plus complet, mais l'odorat, même si c'est inconscient, a une part énorme. Or on ne sait déjà pas faire un nez artificiel performant, alors en faire un miniature qui tienne dans un robot... Sans parler de l'émetteur d'odeurs/phéromones si on veut qu'il puisse lui aussi communiquer.

Mais ça, ce n'est qu'une limitation directement visible, qui ne concerne qu'une partie infime du fonctionnement du cerveau, le langage. On est très loin de tout comprendre sur son fonctionnement, alors arriver à en concevoir un qui tienne dans une machine mobile, c'est pas pour tout de suite...

Autre hypothèse : Nokia avait des doutes sur la capacité de WP à attirer le chaland sur des smartphones à moins de 150 €. Ils ont développé X pour combler ce possible manque mais, voyant le succès des Nokia gamme 5xx, et le fait que WP pouvait tourner sur des zinzins moins costaud point de vue matériel que prévu, ils ont sauté le pas pour avoir le même OS sur toute leur gamme.

A mon avis, Nokia avait déjà leur version d'Android dans les cartons du département de R&D avant le rachat par Microsoft (dans le cas où il n'aboutirait pas), et ça ne leur a pas coûté très cher de commercialiser les Nokia X. En faisant ça, ils espéraient récupérer quelques uns des clients historiques de Nokia déçus du passage à WP, et leur présenter les services Microsoft, pour ensuite les amener "en douceur" vers du WP. C'était plutôt une manière de rentabiliser un investissement déjà fait, qui aurait été perdu s'ils avaient tout jeter à la poubelle. Mais c'était évident que ça ne durerait pas.

Pour les Asha, ils doivent pouvoir mettre WP sur la même gamme de prix. Parce que si ça n'est pas le cas, les deux gammes étaient plutôt complémentaires et pas concurrentes, et ils avaient tout intérêt à les garder.