avatar de Ph11

Ph11

INpactien depuis le mardi 15 mai 2007

1617 commentaires

28
janvier
2015

517ème édition des LIDD : Liens Idiots Du Dimanche


C'est comme lire Mein Kampf,ça ouvre sur de nouvelles idées (ou pas)  :transpi:

Tout comme jouer à Mein Kraft
26
janvier
2015

Le nouveau délit d’obsolescence programmée amendé au Sénat

Et pourquoi pas une loi sur l'obsolescence programmée de l'homme, après tout on est sur qu'il va subir des pannes à répétition, des défauts de fabrication, et qu'à terme on est sur de son obsolescence.
 
De plus, je n'ai vu aucun homme né après 2015 mourir centenaire. On peut constater une baisse de la durabilité de vie humaine des conceptions plus récentes…:D
26
janvier
2015

Le nouveau délit d’obsolescence programmée amendé au Sénat

« intentionnellement raccourcie lors de sa conception »

C'est débile parce qu'on peut facilement conclure que tout produit a une durée de vie intentionnellement raccourcie lors de sa conception… Le problème, c'est que chaque points gagnés de durée de vie a un cout supplémentaire, dont le rendement est décroissant (ce qui fait que le cout est exponentiel) et les gens ne dépenseront jamais des millions pour avoir un produit hyper-durable. Il y a des questions d'équilibre et celui-ci ne se décrète pas.
D'après cette loi, on pourrait reprocher à n'importe quel concepteur de ne pas avoir fait plus.
 
Alors comment distinguer le fait que la durée de l'objet a été raccourcie par intérêt économique politiquement incorrect de l'intérêt économique politiquement correct ?
26
janvier
2015

517ème édition des LIDD : Liens Idiots Du Dimanche

Lidd !!

Un petit Le Pen Gaming pour fêter ça

https://www.youtube.com/watch?v=8M9QCGTJcQ0
 
Et maintenant, j'ai plein de Lepen, de Méluche et de Soral sur ma page d'accueil…:vomi1:
23
janvier
2015

La France veut bien étendre le blocage des sites sans juge

Et bientôt l'assassinat ciblé d'ennemis d'État ?
23
janvier
2015

Un député dépose une loi interdisant les machines à voter

C'est de la discrimination envers les machines !
16
janvier
2015

Apologie du terrorisme : un an de prison pour une vidéo, Dieudonné bientôt jugé

https://twitter.com/Maitre_Eolas/status/556091027522859008
16
janvier
2015

Apologie du terrorisme : un an de prison pour une vidéo, Dieudonné bientôt jugé


Cela dit je ne parle pas ici de censure, mais de réflexion. Tu pars déjà sur l'idée que la "liberté d'expression à l'occidentale" est ce qui doit être, et évoluer. C'est, d'emblée, discriminer tout le reste des idées. Bon, soit, passons sur ça.

Désolé, mais la liberté d'expression est un concept précis et absolu.
Ce concept est le fruit de réflexions et de débats qui se sont développés durant des millénaires. Et je doute qu'un forumeur ait l'autorité de pouvoir contester cette idée.
 

La liberté d'expression ne doit pas permettre de dire tout et n'importe
quoi, c'est aussi pour cela qu'il y a des procès en diffamation, pour
insultes, apologie de ci-et-ça, etc. L'actualité parle bien à ce niveau.


Il n'y a donc pas de liberté d'expression totale, elle est
soumise à restrictions selon les pays, les mentalités, religions, etc.
Toutes ces sensibilités étant intimement intriquées, on ne peut pas en
tirer un principe unique. De là, il est complexe de juger qui a le droit
de faire quoi et de quel droit.

Si, la liberté permet de tout dire sans être inquiété de recevoir comme réponse un poing, une balle ou le marteau du juge, dont l'autorité s'appuie sur les balles des policiers.
Cela ne signifie pas que ce que tu dis sera sans conséquences sociales, liberté va de pair avec responsabilité.

Cependant, la liberté ne consiste pas à avoir le droit de parler de pluie et du beau temps et de choses qui n'offensent pas. Dans ce cas, la Syrie, l'Iran, la Corée du Nord, Cuba, etc appliquent la liberté d'expression, puisque seules des choses offensantes sont censurées…

Ce qui offense varie de personne en personne, et dans le temps. Il est impossible de préserver tout un chacun de l'offense d'autrui.

De plus, en prônant la censure, tu me fais une offense, non ? Ne faudrait-il pas te censurer ?
 

Il n'y a donc pas de liberté d'expression totale, elle est
soumise à restrictions selon les pays, les mentalités, religions, etc.
Toutes ces sensibilités étant intimement intriquées, on ne peut pas en
tirer un principe unique. De là, il est complexe de juger qui a le droit
de faire quoi et de quel droit.

Oui, elle est soumise  des restrictions selon les pays (excepté aux USA).
Cependant, je dois souligner que tu es en train de justifier la loi parce que "la loi dit que"… Ce n'est pas parce que "la loi dit que" que c'est juste, bon ou moral. D'expérience, la loi est souvent tyrannique, conçue par des gens imparfaits, non éclairés, ignorants, selon les modes intellectuelles, les psychoses collectives du moment…
 

La caricature, comme toute
forme d'expression quelle qu'elle soit, a toute sa place dans la société
moderne occidentale, mais comme toute forme d'expression elle doit devrait se limiter à elle-même et veiller sur la portée des idées qu'elle transmet.
Ça vaut pour tout d'ailleurs, pas seulement pour la caricature.

 Et la liberté porte en elle des principes d'autorégulation, les gens ne sont pas idiots.
 
 


Alors donc, non, la liberté d'expresion n'est pas totale, infinie et
sans limite. Elle doit savoir où s'arrêter à un moment où à un autre. Et
ça ne justifie en rien les actes terroristes, entends le bien et ne me
fais pas dire ce que je n'ai pas dis :smack:

Ce n'est pas logique. Si tu  considères qu'on ne doit pas réprimer une expression offensante, tu reconnait dès lors le droit d'exprimer de telles offenses.
Je pense que tu fais l'erreur habituelle qui consiste à confondre tolérer et approuver.
La liberté d'expression implique de tolérer ce qu'on n'approuve pas, pas de tout approuver.
 

 Je ne justifie rien du tout, je dis de façon simple que taper de façon
quasi-systématique sur des gens qui peuvent potentiellement te tuer, et
en plus continuer malgré les menaces, c'est jouer au con.

Et c'est leur choix. Ils savaient ce qu'ils risquaient. Tu n'as pas à les protéger d'eux-même, encore moins à la pinte du fusil.
 

Il est totalement illusoire de croire que tout le monde va accepter des critiques (justifiée, ou non),
plutôt violentes et souvent irrespectueuses, en serrant les dents sans
rien dire ni faire et avec le sourire.

 Et tant pis pour eux.  S'il fallait avoir l'approbation de tous pour faire ou dire quelque chose, on ne pourrait plus rien faire ou dire.
Je vais reprendre la tirade d'Orwell qu'adorait citer Simon Leys : « Combien de fois suis-je resté à observer des crapauds copulant ou une
paire de lièvres se battant dans un champ de blé en herbe ; tout en
songeant à ces innombrables personnes importantes qui aimeraient me
l’interdire si elles en avaient le pouvoir. Mais, heureusement, elles ne
le peuvent pas. »

Pour chaque chose que tu dis ou fais, il existe probablement quelqu'un, quelques uns ou une multitude de personnes qui ne l'approuvent pas et n'hésiteraient pas à te l'interdire si on leur en laissait la possibilité.

Dans une conversation politique, il y aura toujours des gens offensés par les propos d'autrui.
Dans une conversation entre un libéral, un conservateur et un communiste, 2 finiront toujours choqués par les propos du troisième.

Instaurer une limite à l'expression… Sur quelle base ? La pensée mainstream ?
Actuellement, les féministes genrées radicales veulent instaurer une limite à l'expression sexiste, et je peux te dire qu'elles voient des expressions sexistes partout… Et en sont à vouloir interdire les recherches neuroscientifiques qui vont dans le sens d'établir un lien entre les processus du cerveau et les comportements sexuels…
 

Si je passe mon temps, continuellement, durant des mois, à me moquer (méchamement, comme dans le cas qui nous intéresse)
de mon voisin tout en invoquant systématiquement la liberté
d'expression avec un ricanement du coin de la bouche, tôt ou tard je
vais retrouver ma voiture avec les pneus crevés ou un bourre-pif parce
qu'il en aura eu un peu marre à force.

Ça, j'en suis certain, cependant, ça n'autorise pas ton voisin de le faire.