PC INpact interviewe Richard Stallman (FSF)

image dediée
Annonces
Civilisation- surveillance - censure.
En parlant de puissance de l’État, voilà quelques semaines s’est tenu en France l’eG8

Oui, c’est l’essai de Sarkozy d’attaquer les droits de l’Homme sur Internet.

Vous croyez ?

C’est évident car ce que Sarkozy a fait durant des années a toujours été d’attaquer ces droits. Il veut étendre cette attaque dans le monde entier. Il est le « serviteur vassal » des grandes entreprises, par exemple de l’édition, et aussi des intérêts de l’état de fausse sécurité. Il veut imposer la censure et la surveillance sur Internet. Pour lui, la civilisation est la surveillance et la censure.

Civiliser, qu’est-ce que c’est selon vous ?

Qu’on respecte les droits, c’est-à-dire le droit de l’Homme, celui des autres, non le pouvoir des entreprises. Tout le monde doit avoir le droit de dire n’importe quoi. Et quand il y a une œuvre publiée, tout le monde doit avoir la liberté de partager l’œuvre, c’est-à-dire distribuer des copies de cette œuvre de manière non commerciale. C’est partager.

L’un des droits de l’Homme des internautes doit être celui de partager. Seulement, des lois tyranniques et draconiennes sont capables d’empêcher le partage. Des entreprises qui veulent dominer sont prêtes à détruire l’idée même de la justice pour atteindre ce but, celui d’éliminer le partage. Elles feraient n’importe quoi pour l’empêcher et terroriser les internautes qui veulent s’y adonner.

richard stallman GNU linux RMS APRIL

Des internautes qui veulent partager, mais nous avons des auteurs qui veulent vivre.

Ils vivent d’une manière ou d’une autre. Ce n’est pas une question de survie, n’exagèrez pas. C’est le mensonge que les entreprises disent pour avoir plus de pouvoir sur nous.

Mais la vérité est que le système actuel du droit d’auteur rapporte très peu d’argent aux auteurs.

Il y a quelques auteurs qui sont des stars, se font très riches et n’ont pas besoin de tant d’argent. Il y a un peu plus d’auteurs qui gagnent assez pour subvenir aux dépenses d’une vie normale. Mais presque tous les auteurs ne gagnent presque rien et ont d’autres emplois. Donc c’est mensonge sur mensonge !

D’abord parce qu’il ne s’agit pas de vivre, mais de gagner de l’argent. Le chômage ne tue pas. Le chômage est un problème social assez grave mais seulement une petite fraction de ce problème peut être corrigée en soutenant mieux les auteurs. Parce que la grande majorité des chômeurs n’écrit pas. On ne peut résoudre ce problème par le droit d’auteur.

Mais je suis pour le soutien aux auteurs. Pour ce faire, nous devons changer profondément le système actuel. Sa nature aujourd’hui est d’enrichir les entreprises, non les auteurs ; je propose un autre système qui utiliserait de l’argent public à partager entre les auteurs selon le succès de chacun. Un succès qu’on peut mesurer par des sondages, mais non selon une fonction linéaire. La proportion linéaire donnerait trop aux stars, pas suffisamment aux autres. Je propose donc de la diviser selon la racine cubique du succès de chaque artiste. Comme cela, nous diminuerions la différence entre les stars et les artistes de succès moyen mais toujours en fonction du succès, pas selon des décisions bureaucratiques.


par Marc Rees Publiée le 11/06/2011 à 12:11