Microsoft fait sa rentrée

image dediée
Annonces
Microsoft : la filiale française contente de son bilan 2010
microsoft campusNous nous sommes rendus chez Microsoft pour sa réunion annuelle dédiée au récapitulatif de son année fiscale écoulée, et aux accents qui seront mis sur 2011. Comment pourrait-on résumer 2010 en France ? Par une forte croissance globale, et une prise de parts de marché dans tous les secteurs. La filiale n’était pas peu fière de ses résultats, et plusieurs intervenants se sont succédés.

Pour Microsoft, 2010 a marqué une étape importante dans le paysage technologique. Selon Eric Boustouller, président de Microsoft France, on peut parler d’effervescence. Les révolutions, les usages et les business models se télescopent autour de nouveaux paradigmes d’utilisation. De nouvelles technologies sont présentes, et on assiste à une inversion intéressante du processus d’évolution informatique : c’est maintenant le grand public qui impose sa manière de faire au monde de l’entreprise.

Cette modification est provoquée par le brassage de certaines technologies et utilisations par l’énorme masse des utilisateurs moyens. Les réseaux sociaux sont le meilleur exemple, et l’explosion de l’utilisation de Facebook a influencé un grand nombre de sociétés dans cette direction. Pouvoir gérer ce type d’information est donc devenu obligatoire ou presque.

microsoft campus Autre évolution, mais qui commence tout juste : le cloud computing. En tant que tel, et Eric Boustouller l’a bien rappelé, le cloud n’a rien de nouveau. Le principe existe depuis de nombreuses années : les services distants que l’on interface ou pas avec des applications locales, c’est déjà vieux. Ce qui a changé, ce sont les technologies qui servent de fondations, et la manière de s’en servir.

Pour Microsoft, c’est la première fois depuis vingt ans qu’il se passe autant de choses à la fois : tactile, reconnaissance vocale, cloud, multiplicité des appareils, tablettes, PC et autres. Chaque domaine subit ses propres (r)évolutions, mais c’est bien le mélange de l’ensemble qui bouscule le paysage.

microsoft campusCes constats s’articulent autour d’une accumulation de connaissances et d’intérêt qui n’existaient pas forcément avant chez le grand public. Ainsi, Windows 7 et Office 2010 ont battu tous les records internes de nombres de bêta testeurs. Par exemple, Office 2010 a bénéficié de 9,5 millions de testeurs à travers le monde, la France en fournissant 750 000 à elle seule. Microsoft a d’ailleurs remercié cette foule d’anonymes, car un flot énorme de commentaires et de critiques sont remontés aux développeurs. À noter que l’Hexagone s’est assez illustré sur la question.

De plus, la convergence des médias est un thème extrêmement fort pour Microsoft. D’où un changement assez profond dans la manière dont la firme aborde les différents secteurs. Nous y reviendrons plus tard, mais tout commence avec les développeurs, et ce sont justement les outils pour ces derniers qui abordent la grande unification, avant de s’étendre au reste.

Et maintenant, dans quelles directions aller ? Pour la firme, deux axes définissent plus que les autres ce qui attend les utilisateurs en 2011 : le grand public et le cloud.
Publiée le 10/09/2010 à 17:15