Hadopi, au rapport !

image dediée
Annonces
Hadopi, en quête de légitimité
C’est aujourd’hui dans l’ambiance feutrée du Tapis Rouge, que la Hadopi a présenté son premier rapport d’activité. Au micro, Marie-Françoise Marais, dans le public, des journalistes, mais également beaucoup de professionnels du secteur et des politiques. L’ALPA, Nicolas Seydoux, Pascal Rogard (SACD), des sénateurs, des attachés parlementaires, etc.

rapport hadopi 2011

D’entrée, le ton était donné. « Les critiques, les attaques dont cette institution a fait l’objet n’ont pas entamé notre détermination ! » tambourinera Marie-Françoise Marais avant de dérouler son texte. Un texte qui décrira d’abord les 18 premiers mois d’activités de la Hadopi avant de dessiner la perfection de son rôle pédagogique ou encore la richesse de ses travaux au sein des labs… Entre les lignes, un message à peine voilé pour les nombreux candidats aux présidentielles qui envisagent de gommer la Hadopi.

Pour atteindre sa maturité, Hadopi a dû attendre 13 décrets et des renforts. Bientôt 70 personnes serviront fidèlement ses rangs. Bref, « autant d’étapes à franchir pour mettre notre autorité en ordre de marche », dessinera la chef d’orchestre de la Rue du Texel.

Et à ceux qui osent douter de la perfection fonctionnelle de la Hadopi, Marais a sa réponse imprimée sur ses petites fiches, et un plan en deux parties : 1) « la réponse graduée est une réalité qui fonctionne ». 2) Une réalité qui « est largement acceptée par les internautes ». Silence poli dans la salle.

Mais avant, Hadopi dévoilera quantité de chiffres dans son rapport d’activité. En voici un résumé, page suivante...
Publiée le 29/09/2011 à 18:32
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €