PCi Express : le Cloud OC de Gigabyte

image dediée
Annonces
Introduction & Installation
Gigabyte Cloud OC HotKey OCIl y a quelques jours, Gigabyte surfait sur la vague « Cloud » et mettait à disposition de ses clients un logiciel leur permettant d’overclocker leur CPU en quelques clics via le Bluetooth (PAN), le réseau et/ou le web :  « Cloud OC ».

Pour en savoir un peu plus sur son fonctionnement, nous avons décidé de tenter l’expérience avec une
H55N-USB3 du fabricant, une carte mère au format Mini iTX sur laquelle nous avons installé un simple Pentium G6950, le but n’étant pas de battre des records, mais de tester la bête.

Gigabyte Cloud OCEn effet, la technologie du Taïwanais est compatible avec l'ensemble de ses cartes mère H55, P55 et X58. Amateurs d'AMD ou de socket LGA 775, il faudra donc passer votre chemin, tout comme les utilisateurs sous Linux. L'application à télécharger pèse pas moins de 71 Mo et son installation sera relativement simple Il n'y a besoin d'aucun autre logiciel pour assurer son bon fonctionnement. « Cloud OC » prendra alors la forme d'un serveur web (mais attention : HTTP seulement, pas de HTTPS), installé par défaut sur le port 80, un paramètre que l'on peut aisément modifier.

Une installation simple... mais un fonctionnement qui ne se préoccupe guère de la sécurité de l'utilisateur

Gigabyte Cloud OCIl démarrera avec Windows, et nous avons du utiliser CCleaner pour intervenir sur ce point. Le logiciel se cache en effet dans l'espace « RunOnce » de la base de registre. Heureusement, un mot de passe sera nécessaire à son activation, mais celui-ci n'aura pas besoin d'être très compliqué pour être validé : une simple lettre suffit.

Deux points qui entraînent des problèmes de sécurité évidents puisqu'aucun filtre sur base d'adresse MAC, par exemple, n'est disponible. Pire, l'utilisateur ne sera même pas averti qu'un tiers est actuellement connecté à sa machine et aucune liste / log des connexions n'est entretenue. On aurait pourtant imaginé que l'accord de l'utilisateur aurait tout de même pu être demandé, surtout pour des modifications sensibles.
 
INtérrogés par David lors de la finale européenne de la GOOC 2010 (voir ici et ), les responsables de Gigabyte nous ont précisé que « Cloud OC » doit être installé par l'utilisateur pour être fonctionnel et qu'ils n'imaginent pas que cette fonctionnalité puisse être utilisée à des fins... néfastes.

Gigabyte Cloud OC

« Cloud OC », le meilleur moyen pour se venger à distance ?

Mais que penser de ces petits malins qui vont déjà jusqu'à utiliser des « key logger » sur le PC de leur copine et pourraient ainsi se servir de cette fonction pour assouvir une vengeance à distance en cas de rupture, par exemple... N'oubliez donc pas de passer le démarrage de « Cloud OC » en mode manuel et de ne l'activer que lorsque cela est strictement nécessaire. Il vous sera aussi possible de limiter l'accès à un périphérique Bluetooth, qui devra impérativement être validé par l'utilisateur avant de pouvoir accéder à sa machine.
par Sébastien Gavois Publiée le 20/07/2010 à 17:19