GeForce GTX 680 : Kepler se dévoile !

image dediée
Annonces
GeForce GTX 680 : Kepler et ses SMX
Comme prévu, NVIDIA vient de mettre fin au NDA sur ses GeForce GTX 680, qui exploitent sa nouvelle architecture Kepler. Pensée pour être le renouveau du haut de gamme de la marque, celle-ci devrait être disponible dès aujourd'hui chez les revendeurs, aux alentours de 500 €.

GeForce GTX 680 NVIDIA Slides

Du côté de son architecture, on ne change pas une équipe qui gagne. Ainsi, le caméléon avoue lui-même qu'elle est en grande partie basée sur ce qu'était Fermi, qui était au coeur des GeForce GTX 400 / 500.

On retrouve ainsi les GPC (Graphics Processing Cluster), qui sont cette fois encore au nombre de quatre au sein de la puce GK104. Celle-ci est utilisée pour la GeForce GTX 680. Chacun est composé de deux Streaming Multiprocessor qui évoluent tellement selon NVIDIA qu'ils méritent d'être considérés comme de « nouvelle génération ». Ne les appelez donc plus SM, mais... SMX !

Fermi Bloc Diagram GeForce GTX 680 NVIDIA Slides
Fermi... Kepler

En effet, ceux-ci sont deux fois moins nombreux que dans Fermi, où ils étaient quatre par GPC, mais sont désormais bien plus véloces. On retrouve en effet pas moins de 192 CUDA Cores par SMX, contre 32 précédemment, soit 384 par GPC, contre 128 précédemment.

De plus, on retrouve désormais une unité LOAD / STORE et une SFU (Special Function Unit) pour six CUDA Cores, un équilibre différent de Fermi où la première était présente avec un rapport de 1 pour 2 et la seconde avec un rapport de 1 pour 8.

GeForce GTX 680 NVIDIA Slides

Le nombre de blocs ayant été divisés par deux, on retrouve de nombreux éléments dont la présence a été doublée. C'est notamment le cas des Warp Scheduler, des dispach Unit ou de la taille du fichier de registre. Le cache L1 reste par contre de 64 ko par SMX, le cache L2 global passe à 512 ko. L'efficacité de l'ensemble a aussi été retravaillé en profondeur, notamment pour ce qui concerne les unités de « Scheduling » et le cache L2.

Selon NVIDIA, le Polymorph Engine qui passe à la version 2.0, a aussi été amélioré au niveau de sa performance. Il est toujours unique à chaque SMX. Désormais, on aura aussi droit à 16 unités de texturing par bloc, soit 1 pour 24 CUDA Cores contre 1 pour 8 précédemment.

GeForce GTX 680 NVIDIA Slides GeForce GTX 680 NVIDIA Slides

Notez néanmoins que le duo de fréquences, pour l'ensemble du GPU et les CUDA Cores à une valeur doublée est désormais de l'histoire ancienne. Désormais, toute la puce fonctionne à une valeur unique.

Un équilibre des forces que le caméléon annonce comme plus efficace. Ainsi, il annonce un rapport de performances par watt qui passe d'un peu moins de 60 pour la GTX 580 à 100 pour sa GTX 680... ce qu'il sera intéressant de vérifier dans la pratique.

GeForce GTX 680 NVIDIA Slides

Pour le reste, on retrouvera un contrôleur PCIe qui passe à la version 3.0 et un bus mémoire d'un total de 256 bits... qui sera largement compensé par la mémoire de la GDDR5 qui passe désormais à pas moins de 3 GHz. 2 Go sont présents, contre 3 Go du côté de chez AMD, un choix qui semble être assumé par NVIDIA qui ne voit pas cela comme une source de limitation.

Quoi qu'il en soit, on se retrouve au final avec les caractéristiques suivantes face à la GeForce GTX 580 :
 
GeForce GTX 680 NVIDIA Slides

Comme vous pouvez le voir, sur cette génération on retrouve aussi une finesse de gravure en 28 nm, exploitée par AMD sur l'ensemble de la gamme Radeon HD 7000, et l'on compte au total pas moins de 3,54 milliards de transistors au sein de cette puce. C'est un peu plus que pour les GF100 / GF110 mais bien moins que pour les HD 7900 et leur puce Tahiti, qui compte pas moins de 4,31 milliards de transistors.
Publiée le 22/03/2012 à 15:05