Ideapad Yoga 11 : que vaut Windows RT dans un convertible ?

image dediée
Portable
IdeaPad Yoga 11 : l'ultraportable convertible sous Windows RT

Lenovo est le premier fabricant à proposer un ordinateur portable convertible en tablette de 11,6" sous Windows RT : l'IdeaPad Yoga 11. En effet, tous les concurrents qui exploitent ce système d'exploitation proposent plutôt des tablettes tactiles indépendantes accompagnées ou non de station d'accueil. Une réelle alternative à un Ultrabook ou avons-nous le droit à un netbook tactile des temps modernes ?

Lenovo Yoga 11

Un concept étonnant, qui ne sera pas sans poser quelques problèmes

L'IdeaPad Yoga 11 est un ultraportable de 11,6" équipé d'une dalle IPS tactile, recouverte d'une fine couche de verre pour augmenter sa résistance et permet d'employer jusqu'à cinq points de contact à la fois. Sa définition se limite à 1366 x 768 pixels, ce qui est relativement classique pour une machine de cette taille. Au final, l'écran est fort peu lumineux, même lorsqu'il est réglé à son maximum.

Il a la particularité d'employer un système de charnière lui permettant de pivoter jusqu'à 360°. Le clavier pourra être utilisé comme support afin de placer la machine en « V » inversé ou se rabattre afin de composer une tablette tactile. Les touches seront alors désactivées automatiquement. Bien que le clavier soit légèrement renfoncé pour éviter tout contact il faudra néanmoins faire attention à l'endroit où vous le poserez (évitez les tables pleines de miettes). On aurait ainsi préféré que Lenovo propose un système de cache.

Lenovo Yoga 11

Car si sur le papier cela semble une très bonne idée, le contact des touches sur les jambes lorsque vous tripatouillez l'écran n'est pas des plus agréables. En outre, on se demande en combien de temps la peinture de la machine va-t-elle tenir et cacher les premiers frottements. Au final, on aura donc une préférence pour les solutions de tablettes détachables, même si cela nécessite d'avoir toujours avec soi les deux éléments pour recomposer sa machine.

Une connectique convenable et une puce Tegra 3 sans « Companion core »

Le clavier est plutôt caractéristique des produits Lenovo avec des touches à moitié arrondies. Plutôt confortable à l'usage malgré certaines touches réduites, comme les flèches directionnelles par exemple, il se prend facilement en main. On notera que les touches de fonctions (F1 à F12) ne sont accessibles que via l'appui concomitant de la touche « Fn ». Le reste du temps, elles serviront à piloter des raccourcis comme le réglage du volume, l'activation du Wi-Fi ou la luminosité de l'écran. De plus, un pavé tactile multipoint de 90 x 60 mm est de la partie et comprend deux boutons (non délimités visuellement), encore très utiles sous Windows.

Lenovo Yoga 11

  

À l'intérieur de notre configuration, c'est un SoC Tegra 3 de NVIDIA qui prend place. Contrairement aux différentes versions pour Android qui ont droit à 4+1 coeurs, ici il n'y en a que quatre, le « Companion core » destiné à être exploité uniquement pour de petites tâches n'est pas présent. Ils fonctionnent à 1,3 GHz au maximum lorsqu'ils sont tous actifs et jusqu'à 1,4 GHz sur un coeur via un mode Turbo. Le tout est accompagné par 2 Go de mémoire vive ainsi que par 64 Go de stockage (44 Go accessibles dans la pratique).

Lenovo Yoga 11 Lenovo Yoga 11

Sur le flanc gauche de la machine, on trouve un bouton (+/-) permettant de régler le volume sonore, une sortie HDMI 1.4, un port USB 2.0 et une prise jack de 3,5 mm unique pour le casque et le micro. Sur le flanc droit, un interrupteur vous permettra de bloquer la rotation de l'écran, mais il y a aussi un second port USB 2.0, un lecteur de carte SDHC et le connecteur d'alimentation. On regrettera l'absence d'un port rapide comme l'USB 3.0, mais il faudra attendre les puces de la génération Tegra 4 pour avoir droit à une telle possibilité.

Lenovo Yoga 11

Côté connectivité, on retrouve un module Wi-Fi 802.11n en provenance de Broadcom ainsi qu'un module Bluetooth 4.0. Certains pourront regretter l'absence d'un port réseau, même à 100 Mb/s. Cependant, avec des dimensions limitées à 298 x 204 x 15,6 mm (écran inclus), il était impossible d'y faire entrer un tel connecteur. Le poids est plutôt léger avec 1,24 kg sur la balance et rappellera certains souvenirs aux amateurs de netbooks. Cela pourra par contre sembler être un handicap en mode tablette.

Premiers instants déroutants, merci Windows RT !

Comme nous l'évoquions, il est livré sous Windows RT de Microsoft, ce qui inclut ainsi Office 2013 RT dans sa version « Preview » encore pour le moment (mais en français), ce qui comprend Word, Excel, PowerPoint et OneNote. Aucune autre application n'est fournie par le constructeur. Si le concept même de la machine était déjà déroutant, l'utilisation de cet OS pensé au départ pour les tablettes tactiles pourra surprendre.

On s'attend en effet à avoir un ordinateur portable classique et l'on se retrouve avec les différentes limitations induites par Windows RT. L'usage quasiment exclusif de l'écran d'accueil et des applications Modern UI a tendance à nous donner la sensation d'être bridés. En pratique, Office 2013 RT, Internet Explorer 10 et l'explorateur de fichiers pourront être utilisés en mode Bureau, tout le reste se passera en plein écran.

À ce propos, signalons que le Windows Store dispose de certaines applications estampillées « For Lenovo » et si l'on pouvait croire un instant que cette mention suffirait pour pouvoir les acheter / installer sur n'importe quelle machine du constructeur, au final il n'en est rien puisque la majorité d'entre elles sont disponibles uniquement pour l'architecture X86, ce qui n'est évidemment pas le cas de notre Yoga 11. Dommage.

Lenovo IdeaPad YogaLenovo IdeaPad Yoga

Windows Store à gauche et TegraZone à droite

Pour les jeux, par contre, il est possible d'utiliser la TegraZone de NVIDIA (qu'il faudra installer) et qui filtrera les contenus pour vous. Cependant, vous n'y retrouverez que certains titres qui ont été conçus pour tirer parti de la puce de NVIDIA par des petits développeurs. Aucune chance d'y retrouver les titres développés par de gros acteurs comme Electronic Arts ou encore Rovio (Angry Birds) par exemple. Espérons que cela changera rapidement.

Des performances correctes, mais inférieures à une solution Atom

En terme de mesure de performances, nos choix étaient pour le moment assez limités. 3DMark pour Windows RT n'est en effet pas encore disponible et aucun outil spécifique n'existe vraiment pour le moment. Nous avons donc dû nous rabattre sur les mesures via le navigateur.

Nous avons effectué des essais avec Internet Explorer 10 via différents outils et nous avons comparé le tout aux résultats d'autres tablettes sous Android ou Windows RT / 8, via Chrome ou Internet Explorer :

IdeaPad Yoga 11 tests navigateur

Comme on peut le voir, notre machine s'en tire un peu mieux que l'XPS 10 de Dell et son SoC à deux coeurs de Qualcomm (Snapdragon S4). Elle sera par contre en retrait face à la Vivo Tab Smart qui exploite un processeur Atom Z2760 et fonctionne sous Windows 8.


Chrome montre d'ailleurs de bien meilleurs résultats dans ces trois premiers tests qu'IE 10. Cela sera d'ailleurs à l'avantage de la Nexus 7 de Google (Android 4.2.1) qui, bien qu'utilisant elle aussi un Tegra 3, fini bonne deuxième sur deux des trois tests.


Passons à Kraken 1.1 de Mozilla et de Sunspider 0.9.1, cette fois le résultat est en millisecondes, le plus faible est donc le vainqueur :


IdeaPad Yoga 11 sunspiderIdeaPad Yoga 11 Kraken

 

Avec le test Kraken de Mozilla, on retrouve les résultats précédents : Chrome permet aux produits qui l'exploitent de finir en tête alors que lors d'une comparaison sous IE 10, c'est l'Atom de la Vivotab Smart qui fini en tête, suivie par le Yoga 11 et son Tegra 3 puis le Dell XPS 10 et son Snapdragon S4. 

Avec Sunspider, les résultats sont plus étranges puisque les produits sous Chrome sont en bas de tableau, et le Snapdragon S4 de l'XPS 10 passe de peu devant le Tegra 3 du Yoga 11. Une fois encore, la Vivotab Smart d'ASUS et son Atom finissent en première position.

Une autonomie de près de 12 heures en lecture vidéo

Côté autonomie, notre Yoga 11 s'en tire plutôt bien en lecture de vidéo en haute définition, puisque nous avons pu tenir 11 heures et 40 minutes lors de la lecture de Big Buck Bunny en 1080p avec le lecteur fourni par défaut. On notera aussi que l'autonomie en veille est assez appréciable puisque nous avons pu passer près d'une semaine sans avoir à le recharger et la sortie de veille ne prend qu'une poignée de secondes.

Alimentation Lenovo IdeaPad Yoga 11

Avec le chargeur fourni (20 V - 2,5 A, soit 50 W), notre machine se recharge plutôt vite puisqu'il lui faut un peu moins de 30 minutes pour accomplir 50 % de capacité, alors que l'écran est allumé. Les 100 % seront obtenus en un peu plus d'une heure trente, puisqu'au delà des 90 % cela se fera à un rythme moins soutenu.

L'IdeaPad Yoga 11 est une bonne machine, mais qui est vendue trop cher

Sur le papier, cet IdeaPad Yoga 11 est vraiment séduisant avec son écran qui pivote dans tous sens possibles et son autonomie plus qu'appréciable. Cependant, à l'utilisation cet ultraportable nous pose quelques problèmes. En effet, il est difficile d'estimer la durée de vie du clavier, qui pour rappel servira de support dès lors que vous basculez en mode tablette.

Ensuite vient l'usage de Windows RT, la version allégée de Windows 8 dédiée aux puces ARM ne permet pas d'installer vraiment ce que l'on souhaite sur sa machine, comme un modèle disposant d'une puce X86. Les applications proposées sont, de plus, encore assez limitées, et ce, même au niveau des jeux. L'utilisateur qui n'aurait pas fait attention à ce point au moment de son achat pourrait ainsi être vite dérouté, et mécontent de sa machine.

Mais le plus gros souci est sans doute le tarif de ce produit. En effet, Lenovo propose cet IdeaPad Yoga 11 aux alentours de 730 €, ce qui nous semble trop cher, pour une solution qui est au final équivalente à un netbook tactile. Un point qui semble constant avec ce genre de produit. Ainsi, une Vivo Tab RT de 32 Go d'ASUS est proposée à 575 € environ, contre 650 à 700 € pour une Transformer Infinity de 64 Go sous Android.

Reste à voir si les utilisateurs seront ou non séduit. Mais en l'état actuel de Windows RT, on ne pourra que vous conseiller de passer votre chemin.

Publiée le 04/02/2013 à 18:45
Damien Labourot

Journaliste High-tech gravitant autour de la mobilité (smartphone, tablette, portable) et toujours prêt à de nouvelles expériences.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €