S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Office 365 : pleins feux sur la location d'applications

Vincent Hermann le 30 janvier 2013

Si les abonnements sont clairement un pas en avant pour Microsoft, il existe cependant un certain nombre de points qui nous chagrinent. La tarification est le principal problème. Nous aurions souhaité par exemple un peu plus de souplesse sur la formule Famille Premium. Bien que très complète, sa tarification semble juste si l’on prend en compte tout ce qu’elle intègre.

 

Mais pourquoi ne pas avoir proposé une tarification en fonction du nombre de machines couvertes ? Certes, cinq machines sont concernées pour 10 euros, alors pourquoi pas une machine unique pour 2 euros ? Le problème se retrouve également sur les produits fournis : pourquoi ne pas proposer une offre ne comprenant que Word, Excel et PowerPoint s'il s'agit des trois applications les plus utilisées ? Nous avons du mal à imaginer en effet qu'une famille classique aura une réelle utilité d'Access et de ses milliers de fonctions.

 

Microsoft Surface RT

 

Deuxième point : Windows RT. Microsoft n’est pas peu fier de sa technologie multiécran. Fixes, portables, tablettes et même Mac peuvent recevoir Office 2013 ou 2011. Mais qu’en est-il de Windows RT ? Le système intègre Office 2013 RT qui, s’il est compatible avec SkyDrive et peut donc synchroniser les paramètres et les documents, ne contient que Word, Excel et PowerPoint. Si une famille choisit la formule Famille Premium, la tablette RT passe donc au travers des mailles du filet et ne profitera donc pas d’Outlook par exemple.

 

Enfin, tous les éléments ne sont présentés de manière assez simple. Par exemple, l’intégration de Skype dans Outlook, présentée comme une nouveauté phare de la version 6.1 du client de communication. Cette intégration est bien présente, mais seulement dans une utilisation de type personnelle : il faut que l’utilisateur utilise en fait la même adresse de compte Microsoft dans Outlook et dans Skype.

 

Pour autant, il s’agit de la première fois que Microsoft propose de telles formules. Il est évident que les offres évolueront dans l’avenir, notamment parce que l’éditeur utilise désormais le mot « simplicité » dès qu’il le peut et qu’il reste une bonne marge d’amélioration. Il sera également intéressant de voir comment la firme réagira à l’évolution des solutions alternatives, notamment un LibreOffice gratuit qui progresse rapidement.

 

Ceux qui souhaitent en savoir davantage sur les spécificités de chaque application pourront visionner les vidéos de Microsoft sur YouTube.

Sommaire