S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Quel modèle économique pour les sites de covoiturage ?

Xavier Berne le 08 septembre 2012

Le covoiturage a le vent en poupe. Des prix attractifs, un côté convivial et écologique... Voici quelques-unes des raisons avancées pour expliquer l’essor de cette pratique, qui séduit de plus en plus de Français. Rien que sur le week-end du 3 au 5 août 2012, près de 350 000 personnes avaient prévu de voyager par l’intermédiaire de covoiturage.fr, le site le plus utilisé de France, soit l’équivalent de 1 000 TGV pleins !

 

covoiturage

 

Vieille méthode bien connue, le partage des frais entre l’ensemble des passagers d’un même véhicule a pris un sérieux coup de fouet avec le développement d’Internet. Facilitant les communications et servant d’intermédiaires entre les conducteurs et leurs éventuels passagers, les sites de covoiturage se comptent par dizaines et les internautes ont désormais l’embarras du choix.

 

Le principe de ce genre de site est assez simple : un utilisateur s’inscrit, puis publie une annonce dans laquelle il recherche un chauffeur ou des passagers. Les membres peuvent ensuite s’échanger leurs coordonnées puis se mettre d’accord sur le prix et les conditions du trajet. En règle générale, les sites ne servent pas d’intermédiaires financiers entre les covoitureurs, qui règlent leurs comptes en espèces, le jour du trajet.

 

D’une pratique entre particuliers à de nouveaux services commerciaux

Seulement voilà, ces services gratuits pour le grand public ont un coût pour leurs administrateurs. Le trafic qu’ils génèrent attise néanmoins les appétits, tant et si bien que beaucoup monétisent désormais de plus en plus de services : systèmes de réservation, revenus publicitaires, déclinaison des plateformes pour les entreprises ou les collectivités territoriales...

 

Depuis un peu plus d’un an, le site le plus fréquenté de France, covoiturage.fr, a testé puis étendu le prélèvement de frais de réservation à ses utilisateurs, en contrepartie de services (sécurisation des paiements notamment). Néanmoins, pour certains habitués du site, la douche a été froide : alors que le site leur proposait jusqu’ici ses services gratuitement, il est désormais obligatoire de laisser une commission, de l’ordre de 10 % environ sur chaque trajet. Si l’on prend l’exemple du week-end aux 350 000 trajets, on imagine vite le montant total de ces prélèvements ! Le chiffre d’affaires de ce système devrait d’ailleurs avoisiner les deux millions d’euros pour cette année selon Elton-Pickford.

 

PC INpact a ainsi décidé de s’intéresser aux modèles économiques de ces sites de covoiturage, en s’appuyant plus particulièrement sur l’expérience du leader français, covoiturage.fr. 

Sommaire