Yahoo! aurait aidé la Chine à arrêter un journaliste

Des renseignements pour 10 ans de prison ferme 69

Une fois n'est pas coutume, Yahoo! est sous le feu des journalistes militants de Reporters Sans Frontière, qui accusent la société d'avoir fourni aux autorités chinoises des renseignements ayant permis l'arrestation d'un journaliste dissident. Graves conséquences, le journaliste Shi Tao a été condamné à 10 années de prisons ferme.

A 37 ans, Shi Tao travaillait pour le quotidien économique Dangdai Shang Bao. Il a été condamné le 30 avril dernier pour avoir envoyé à l'étranger des copies de messages internes envoyés par les autorités chinoises à son journal. Le message prévenait les journalistes des risques de déstabilisation politique dus au retour de certains dissidents sur les lieux de Tienanmen, pour l'anniversaire des 15 ans de la révolte.

Le texte du verdict, dont RSF fournit aussi une copie PDF traduite en anglais, affirme que les bureaux de Hong Kong de Yahoo! Holdings ont fourni les informations nécessaires à la localisation du journaliste, convaincu d'avoir « divulgué des secrets d'Etat à l'étranger ». Les détails fournis par Yahoo! ont ici permis d'arrêter et de condamner l'homme en question.

« Nous savions déjà que Yahoo! collabore volontiers avec le régime chinois pour ce qui est de la censure, et maintenant nous savons que c'est aussi un informateur de la police » lance RSF à l'encontre du moteur de recherche.

« Yahoo! a manifestement satisfait aux demandes des autorités chinoises et fourni des informations concernant l'IP de Shi Tao qui le reliait à du contenu posté en ligne, et la société affirmera encore une fois avoir simplement respecté les lois du pays dans lequel elle exerce » explique l'association, se questionnant alors : « Est-ce que le fait de se conformer aux lois locales libère Yahoo! de toute considération éthique ? Jusqu'où ira la société pour plaire à Pékin ? »

Selon RSF, Yahoo! a aidé à l'emprisonnement d'un « bon journaliste qui a travaillé dur pour tenter de sortir des informations de son pays ». Traduit en anglais par la Fondation Dui Hua, le verdict révèle clairement que Yahoo! Holdings a bien fourni les informations pour tracer Shi Tao sur la toile, lire son courrier sur sa boîte Yahoo!, puis le localiser physiquement.

Yahoo
Par Bruno Cormier Publiée le 07/09/2005 à 10:13
Publicité