Un repérage automatique des IP contre le P2P ?

La SCPP (Société civile des Producteurs Phonographiques) va déposer une... 43
La SCPP (Société civile des Producteurs Phonographiques) va déposer une demande à la Cnil, visant à autoriser le repérage automatique des adresses IP dès lors que le client concerné effectue des téléchargements illégaux.

La SCPP affirme que la démarche n'est pas seulement répressive, mais qu'elle permettra aussi d'envoyer en masse des messages d'information aux internautes. Selon la SCPP, cette méthode peut s'accommoder de la loi Informatique et libertés d'août 2004, qui permet aux sociétés de gestion des droits d'auteurs de surveiller leurs propriétés intellectuelles elles-mêmes sur le Net.

La seule différence étant que pour traiter les IP, il faut une autorisation de la Cnil, qui considère cette information comme une donnée personnelle. Si cette autorisation est donnée, ce sont deux sociétés spécialisées qui vont prendre en charge le repérage des IP, Advestigo et CoPeerRight.

La stratégie première serait alors de pêcher les plus gros téléchargeurs en priorité. Ou plutôt les plus gros partageurs, qui vont posséder beaucoup de fichiers en « libre service » sur leur disque dur (à partir de 2000 fichiers environs).

La Cnil doit se prononcer dans deux mois maximum, passé ce délais, l'absence de réponse de leur part équivaudra à un refus.
Par Bruno_C Publiée le 11/01/2005 à 14:38 - Source : 01Net
Publicité