Traitement des déchets électroniques : c'est parti !

Depuis ce samedi 13 août, l'Europe a basculé dans un monde net et propre,... 39
Depuis ce samedi 13 août, l'Europe a basculé dans un monde net et propre, du moins sur le papier.

C'est en effet à partir de cette date que tous les pays européens, qui le veulent ou non, ont l'obligation d'appliquer la directive sur le retraitement des déchets électroniques. Cela comporte plusieurs conséquences dont la principale assurera un certain changement dans les pratiques : les citoyens du "vieux continent" ont désormais la possibilité de se défaire de leurs appareils électroniques lors de l'achat d'un nouvel équipement.

De plus, à défaut de ce retour au professionnel, des points de collectes devront être prévus. En outre les produits soumis à cette directive devront porter dorénavant un logo indiquant qu'ils ne peuvent être jetés à la poubelle (le logo représente une poubelle barrée). Chaque année, chaque Européen "produit" près de 20Kg de déchets électriques et électroniques. Le chiffre connaît en outre une croissance annuelle de 3 à 5%.

Tous les pays européens ont communiqué à la Commission les mesures adoptées pour assurer l'exécution de cette directive, par exemple le système Recupel en Belgique. Seuls le Royaume-Uni, Malte, la Pologne et... la France enregistrent des retards. Des lacunes qui pourraient du coup engendrer quelques juteuses sanctions financières à l'échelle européenne.

On notera qu'une autre directive s'attache à dépolluer le contenu des produits (écrans, cartes etc.). Elle prévoit que "les équipements électriques et électroniques mis sur le marché à compter du 1er juillet 2006 ne devront plus contenir ni mercure, chrome, plomb ou chrome hexavalent, ni retardateurs de flammes bromés". Des constructeurs comme AMD ont déjà pris plusieurs initiatives pour limiter ces composants dans leur production.

(merci à Fwak)
Publiée le 15/08/2005 à 12:32 - Source : Nouvel Obs
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité