Rockstar continue dans le jeu politiquement incorrect

Avec GTA III, qui fut, il faut l'admettre, une révolution en termes de... 42

Avec GTA III, qui fut, il faut l'admettre, une révolution en termes de gameplay, Rockstar a vite cru tenir le bon filon. La société a investi dans plusieurs autres titres du même style, et notamment dans le jeu Bully, un genre de GTA, mais version fils de bourgeois à l'Université.

Le héros incarné sera un « crétin de jeune » comme il en existe beaucoup, dont le but sera d'être le parfait « bully ». Qu'est-ce qu'un Bully ? C'est un « crétin de jeune » encore plus crétin que les autres, un petit caïd qui passe son temps à brimer les plus faibles, et qui peut même devenir violent en période d'irrésistibles chaleurs caniculaires.

Voilà un sujet de jeu vraiment palpitant, qui donnera lieu à de mythiques bagarres dans le bar de l'école, ou autour de la piscine privée de la résidence des étudiants. Il faudra mâter ses camarades et même les professeurs pour s'imposer comme le plus fort, le plus cruel, le plus « bully » quoi. Ici encore le bât blesse, car Rockstar a précisément touché un problème de société dans les pays anglo-saxon.

L'association écossaise Anti-Bullying Networks vient de publiquement condamner le jeu au nom de leur combat contre les brimades scolaires en tout genre. Même si Rockstar affirme calmement s'attendre à ce que les autorités interdisent le jeu au moins de 18 ans, l'association affirme que cela n'empêchera pas les plus jeunes d'avoir accès au jeu dans les familles.

bully« Le bullying n'est pas un thème acceptable pour un jeu, cela banalise la souffrance des victimes, et donne l'impression que ce genre de pratiques est normal. Nous sommes contactés par quatre enfants chaque jour prêt à se suicider, et bien plus souffrent de blessures suite à ce genre de pratiques. »

Le jeu sera certainement réservé au plus de 18 ans, les autorités britanniques ayant affirmé ne pas pouvoir faire plus que la procédure habituelle de classification.

Publiée le 10/08/2005 à 16:35 - Source : BBC
Publicité