S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Résultats d'une enquête sur les sites des magazines

La Fédération Internationale de la Presse Périodique(*) a été créée en 1925 dans le but d'aider par divers moyens les magazines du monde entier. Cette fédération a publié récemment son enquête faite auprès de 71 sites web de magazines consacrés aux consommateurs (pas de B2B, Business-To-Business, par exemple). Seize pays sont concernés par cette enquête (sans la France) dont principalement l'Europe de l'Ouest, de l'Est et l'Amérique du Nord.

Ces résultats ont été récemment publiés par la FIPP, après avoir été collectés entre le 9 février dernier et le 15 avril. Afin de montrer les évolutions des réponses des sites web, une comparaison est quelques fois proposée avec l'année 2003, bien que le nombre de sites web ait augmenté de 48 entre les deux années comparées. Finissons les présentations en précisant que les sites en question traitent de sujets assez variés, tel que la musique, le sport, l'éduction, la photo ou encore la finance.

45% de leur budget provient du web
Tout d'abord, nous apprenons que plus de la moitié (55%) des magazines ont augmenté leur nombre d'heures de travail dédiées à leur site par rapport à l'année dernière, et que plus de 82% des 71 magazines espèrent encore accroître leurs efforts d'ici un an. Selon la FIPP, cet optimisme est bien supérieur à celui remarqué en 2003, peut-être encore sous le coup de l'explosion de la bulle internet.

Financièrement, 45% de leur budget provient du web, et deux tiers de ces 45% proviendrait de la publicité. Il n'y aurait donc pas en moyenne une dépendance trop grande de la publicité, leurs revenus étant divers. L'enquête explique d'ailleurs que 54% des sites génèrent des profits, contre à peine 26% en 2003. Même rapport au niveau des pertes, avec 17% en 2005 contre 38% en 2003.

Nombre de visiteurs en augmentation
Concernant l'audience, la moyenne serait de 115 000 visiteurs uniques par mois, cependant 26% des sites annoncent au maximum 50 000 visiteurs par mois, et 18% d'entre eux plus d'un million. Les disparités sont donc très élévées. Cependant presque tous les sites web (87%) ont vu leur nombre de visiteurs augmenter, dont plus de 20% pour 67% d'entre eux notamment.

Toujours à propos de l'audience, les magazines ont été questionnés à propos de la différence entre leur version en ligne et papier. Les cibles sont à peu près équivalentes entre les deux versions, cependant une certaine partie de la population ne lit que les versions web. Il n'est donc pas étonnant de voir que la moyenne d'âge est plus faible sur les sites internet.

Voici d'ailleurs les réponses des magazines à la question : Avez-vous gagné une nouvelle audience ? (pas dans le sens 'plus de visiteurs', mais plutôt "plus de visiteurs différents")

- 56% ont répondu : Oui, 20% ou plus que la version papier.
- 38% ont répondu : Oui, mais moins de 20% que la version papier.
- 6% ont répondu : Non, aucun gain significatif entre les deux versions.

Papier ou web ?
A noter que 30% des sites appelés à répondre à cette enquête utilisent un flux RSS et que 80% proposent un accès complet et gratuit à leur site. 22% d'entre eux publient même en ligne l'intégralité de leur magazine papier. Cependant si le tableau global est si rose, c'est pour la simple et bonne raison que seulement 12% des sites sont "seuls". Ainsi, 73% des sociétés ont cinq sites ou plus, 48% dix ou plus et 13% en ont même plus de 25...

Concluons cet article par les objectifs principaux de ces magazines :

- Etendre votre audience au-delà de la version imprimée, en créant une audience spécifique à la version en ligne : 84%
- Utiliser le site web pour attirer de nouveaux lecteurs pour le magazine imprimé : 81%
- Trouver de nouveaux revenus générant des profits sur le long terme : 76%
- Créer une communauté autour de votre marque : 67%

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil sur ce .pdf de la FIPP.

(*) dont l'acronyme est FIPP, aussi appelée International Federation of the Periodical Press, du fait de son utilisation quasi exclusive de l'anglais (bien que son véritable nom soit en français)
Source : FIPP
Publiée le 29/06/2005 à 15:55

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;