Richard Clarke nous parle des cyber-attaques

Richard Clarke a été le conseiller en sécurité nationale pour les trois... 4
Richard Clarke a été le conseiller en sécurité nationale pour les trois derniers présidents américains, mais avait démissionné après les attentats du 11 Septembre et critiqué la politique de Georges Bush concernant la guerre contre le terrorisme et en Irak.

"Il y a, je crois, des incidents dans lesquels les gouvernements sont impliqués, pratiquant de la reconnaissance, testant des concepts ou enquêtant sur des faiblesses" : l'information est lancée, enrobée d'une gangue de politiquement correct. "Les Etats-Unis le font peut-être aussi".

Ajoutant qu'il est difficile de retracer une attaque et d'un découvrir l'auteur, son discours s'inscrit parfaitement dans la continuité des voix qui s'élèvent pour parler d'un changement dans le monde de la sécurité. La concertation évidente des attaques, le lien entre les pirates et les spammeurs, la présence suspectée d'une vaste organisation de crime organisé derrière toute cette activité...

Clarke estime que les nations en général, et les grandes sociétés n'ont pas assez investi dans la sécurisation de leurs réseaux, et celles qui l'ont fait ont présenté des résultats mitigés. En conséquence de quoi, la plupart des sites pouvant présenter des informations sensibles sont insuffisamment protégés a t-il déclaré.

Il ajoute, empreint d'un criticisme très ciblé : "J'espère qu'une des leçons apprises après les attentats du 11 septembre 2001 est que l'on n'attend pas qu'un désastre se produise avant de résoudre un problème dont on connaît l'existence"
Par Vincent_H Publiée le 08/11/2004 à 10:12 - Source : Reuters
Publicité