S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Paris sous Linux : première réponse le 12 octobre

Il y a un an, la mairie de Paris a demandé à la société Unilog une étude portant sur la faisabilité d’une conversion totale des services informatiques administratifs de la ville vers le logiciel libre, Unilog qui avait déjà réalisé une étude pour la ville de Munich avant que celle-ci ne passe complètement sous logiciel libre.

Un grand secret entoure cette étude, car elle constitue en elle-même un revirement majeur de stratégie, car même si elle n’aboutit à aucun changement, la possibilité aura été envisagée, raison suffisante à Microsoft pour tenter de réagir. Contrairement à un phénomène répété dans le monde entier, il ne s’agit pas simplement de lancer une étude sur la possible adoption de logiciels libres pour faire baisser les prix des licences du géant, car aucun appel d’offre n’a été lancé, un appel d’offre qui placerait automatiquement Microsoft en tête grâce à des moyens financiers que les autres n’ont pas.

Microsoft a d’ailleurs annoncé pouvoir renouveler l’ensemble des licences de la ville pour 5.6 millions d’euro, soit un rabais d’environ 60% par rapport aux prix original. La société Nexedi-Rentalinux propose elle, pour 25% de moins, le remplacement de tous les logiciels, mais aussi de toutes les machines, postes de travail et serveurs.

Concrètement cette société propose de remplacer l’existant, au niveau de la partie logicielle, par des systèmes basés sur la distribution Mandrake avec KDE, OpenOffice, Kolab (logiciel de messagerie et d’agenda), ainsi qu’un service d’annuaire basé sur le protocole LDAP sécurisé (comme l’Active Directory sous Windows Server 2000 et 2003 ou le NDS de Novell) et des bases de données relationnelles. Nexedi ajoute : « nous pouvons assurer si nécessaire la migration en douceur sous Mandrake des solutions métiers développées sous Windows ou Microsoft Office ».

Les premiers éléments de réponse arriveront le 12 Octobre, lorsque l’étude sera présentée pour la première devant deux commissions techniques et confrontée à la vingtaine d’élus du conseil municipal de Paris.
Source : ZDnet
Publiée le 28/09/2004 à 14:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;