P2P : Altnet aussi veut sa part du gâteau

S’il est un pays où l’on n'est décidément plus à un procès près, ce sont... 7
S’il est un pays où l’on n'est décidément plus à un procès près, ce sont bien les Etats-Unis, où Altnet, filiale de Brilliant Digital Entertainement, revendique une soit-disant paternité en ce qui concerne la méthode d’identification des fichiers échangés sur les serveurs de compagnies telles que Limewire, BearShare ou encore Streamcast Networks.

Cette histoire est en réalité loin d’être récente. En effet, depuis bientôt deux ans, Altnet réclame à être rémunérée quant à l’utilisation d’un brevet permettant, via une technique propriétaire, l’identification de fichiers sur certains réseaux, et menace même désormais d’entamer des poursuites judiciaires.

Larry Hadley, l’un des nombreux avocats représentant Altnet, explique qu’il a fallu dans un premier temps définir les techniques utilisées par les moteurs de recherche de fichiers de tous les logiciels de P2P existants, mais qu’aucune plainte n’avait encore été déposée à ce stade. Une fois les infractions établies, les sociétés incriminées se sont seulement vues recevoir un courrier leur permettant d’acheter la licence d’utilisation dudit brevet.

Un procès est néanmoins annoncé pour la fin octobre, mais s’annonce dores et déjà complexe, puisqu’une série de plaintes auraient déjà été déposées par Altnet auprès de la toute puissante RIAA qui se serait permise d’espionner les réseaux d’échange de fichiers en utilisant la technique d’identification détenue par la société d’échanges Altnet. Le tout sans licence donc, horreur et damnation pour la RIAA qui se veut le Monsieur Propre du Net.

Pour les curieux, sachez simplement que c’est ici la technique de hachage utilisée pour identifier un fichier sur l’un des réseaux qui serait en cause, technique pourtant couramment utilisée depuis les applications de peer-to-peer à partir de 2003.

Dans cette sombre histoire pécuniaire, les entreprises incriminées détentrices de réseaux d’échanges de fichiers se sont déjà ralliées et ont affirmé qu’elles mettraient tout en œuvre pour démontrer le caractère infondé de la demande d’Altnet. Greg Bildson, responsable technique chez Limewire, a dores et déjà déclaré que la technique de hachage ne pouvait selon lui faire l’état d’un dépôt de brevet tant son utilisation est aujourd’hui courante.

Une affaire de gros sous donc, mais néanmoins à suivre…
Publiée le 17/01/2005 à 10:42 - Source : News.com
Publicité