"Nous sommes tous des pirates"

« Comme cinq millions de Français, nous avons, nous aussi téléchargé… ».... 69
« Comme cinq millions de Français, nous avons, nous aussi téléchargé… ». Tel est la phrase choc de l’appel lancé par le Nouvel Observateur. Et parmi les premiers signataires, on note la présence de Manu Chao, Mickey 3D mais aussi Matthieu Chedid, Jean Louis Aubert, Bénabar, Dominique A, Yann Tiersen, Art Mengo, José Bové, Noël Mamère… On trouve même notre ami Ariel Wizman qui semble avoir enfin rallié le camp de la force obscure depuis ses récentes escapades. On notera par contre l’absence de Pascal Nègre.

Voilà l’appel intégral du Nouvel Obs :
« A l'heure où des dizaines d'internautes vont bientôt passer en jugement pour avoir téléchargé des fichiers musicaux sur des logiciels P2P, nous dénonçons cette politique répressive et disproportionnée, dont sont victimes quelques boucs émissaires. Comme cinq millions de français, au moins, nous avons, nous aussi téléchargé un jour de la musique en ligne et sommes donc des délinquants en puissance. Nous demandons l'arrêt de ces poursuites absurdes. Nous proposons l'ouverture d'un large débat public, impliquant le gouvernement, tous les acteurs de l'industrie musicale, tous les artistes, afin de parvenir à une meilleure défense du droit d’auteur, mais aussi les consommateurs afin de trouver ensemble des réponses équitables et surtout adaptées à leur époque. »

En évoquant une belle hypocrisie, nos confrères s’interrogent à leur tour sur un débat sensible : les poursuites contre quelques internautes sur cinq millions, vont elles effectivement éradiquer le téléchargement sauvage ? Et dans le lot, quel pourcentage d’internautes achèteraient effectivement ce qu’ils récupèrent ainsi ? Afin de rendre aux auteurs quelques deniers, ils évoquent l’utilité d’une taxe sur les abonnements, taxe dont les fruits seraient néanmoins compliqués à partager face à plusieurs ayant droits.

Pour autant, la crise du marché du disque a été au centre des préoccupations du 39e Marché international du disque et de l’édition musicale. Selon les chiffres du Syndicat National de l'Edition Phonographique (SNEP), les ventes de disque (albums, singles et vidéo) en France ont rapporté en 2004 un chiffre d'affaires de 953 Millions d'Euros, en baisse de 14,3% par rapport à 2003. Entre 2002 et 2004, l’Union des producteurs phonographiques indépendants (Upfi) chiffre 300 millions d’euros de perte de chiffre d’affaires.

On note cependant que depuis quelques temps, un ralentissement de cette tendance. Les ventes de musique ont même progressé en novembre et décembre par rapport à 2003, période de fêtes oblige.

Le piratage est il la vraie cause de la crise du disque ? Un confère de Zdnet rapporte pour sa part que les 100 titres les plus diffusés représentent près du quart (23,8 %) du total des diffusions radio. « Or seuls 84 artistes ou groupes (sur 19 006 exactement) sont concernés et totalisent quelques 833 000 diffusions (soit une moyenne de 10 000 diffusions par artiste) ». Ce manque de diversité liés à une concentration excessive des investissements publicitaires aurait lui aussi sa part de responsaibilité.
Par Marc Rees Publiée le 02/02/2005 à 12:14 - Source : Diverses
Publicité