Microsoft intensifie sa lutte contre le piratage en France

La firme de Redmond profite d'une étude IDC/BSA pour appuyer ses... 36
La firme de Redmond profite d'une étude IDC/BSA pour appuyer ses intentions d'intensifier son combat contre le piratage en France.

Selon cette étude, 45% des logiciels utilisés en France seraient illégaux, contre une moyenne européenne de 36%. Par rapport à cette moyenne, l'étude indique que si le score de la France baissait de 10 points, cela représenterait un montant de 21.7 milliards d'euros injectés dans l'économie et 45 000 emplois supplémentaires. Par la même occasion, les recettes fiscales de l'Etat se verraient améliorer de 6 milliards.

Ces chiffres, probablement très optimistes compte tenu l'origine de l'étude, ne doivent pas faire oublier que le problème est très présent. Il ne s'agit plus ici de la copie de CD d'un particulier vers un autre, mais de la présence de logiciels piratés au sein même des entreprises.

Microsoft compte surtout s'attaquer aux intégrateurs et revendeurs. Certains n'ont en effet aucun scrupule à revendre des logiciels piratés, vendus moins chers. Dans ce cadre, l'acheteur est lui même dans l'illégalité et la concurrence imposée par ces magasins est déloyale. Microsoft n'en est d'ailleurs pas à sa première tentative contre ces entreprises et propose suivant les pays des moyens pour les possesseurs de versions pirates de revenir dans la légalité, s'ils peuvent prouver qu'ils ont été floués.

Sur 1100 magasins visités par Microsoft depuis septembre 2004 :
  • "81 magasins ont été contrôlés positifs. En fonction de la gravité des faits, les magasins se voient soit proposer un protocole d’accord visant le respect des droits d’auteur soit font l’objet de constats de contrefaçon via un huissier de justice suivi d’un dépôt de plainte.
  • 178 magasins sont en situation d'incitation et ont été mis en demeure de cesser tout proposition ou incitation à un acte illicite
  • 915 magasins sont honnêtes et se sont vus gratifier d’une lettre de remerciement pour le professionnalisme dont ils font preuve en matière de conseil et de services aux clients. Un intégrateur sur quatre se prête malheureusement encore à des pratiques illicites."

En vous rendant sur la page du communiqué, vous trouverez une liste de dix-huit condamnations de contrefaçons avérées.
Par Vincent Hermann Publiée le 03/05/2005 à 14:07 - Source : Microsoft
Publicité