Les cartouches HP jettent-elles l'encre ?

La démocratisation de l'impression jet d'encre a ses sombres revers. En... 33
pieuvreLa démocratisation de l'impression jet d'encre a ses sombres revers. En 2003 par exemple, on reprochait à Epson de couper le robinet d’encre avant l’utilisation complète de la cartouche. La même année, aux Etats-Unis, Lexmark attaquait en justice une société (Static Control Components). Celle-ci avait osé copier et commercialiser la puce protégeant ses cartouches et donc son marché.

Dans l'actualité aujourd'hui... les cartouches HP. A l’instar des yaourts, de la saucisse ou du beurre, ces cartouches sont soumises à une date limite de consommation. Certes, ceci n’est pas nouveau car ces produits ne sont pas conçus pour durer une éternité. Ici, la durée de ces cartouches serait de deux ans et demi. Mais ce qu’une américaine reproche au constructeur dans une action en justice, c’est de programmer à l’avance cette fin, sans bien communiquer sur le procédé, et alors même qu'il reste encore de l'encre dans le réservoir.

En somme, une balle tirée dans la cartouche avant l’heure. Et du coup, les mauvaises langues en déduisent que HP veut s'assurer une rente accélérée en forçant les consommateurs à passer plus souvent par la caisse enregistreuse.

Pour la société d’analyse Gartner, le constructeur n'a pas assez décrit cette limitation (qui n’est, répétons-le, pas nouvelle). HP France a expliqué à nos confrères de 01net que la restriction ne s’applique qu’aux imprimantes à jet d’encre pour professionnels et entreprises. La société précise en outre que la raison d'être du dispositif est surtout de protéger le matériel : l’encre évolue dans le temps et perd ses propriétés initiales notamment sa viscosité. Pour les cartouches grand public, « il n'y a aucun danger pour l'imprimante et il suffit de remplacer la cartouche [qui est vendue] avec sa tête d'impression ». Bref, une histoire qui fait pssshhiitt.

La procédure, diligentée devant la Cour Supérieure de Santa Clara en Californie, est une class action. Selon le dossier, elle autorise tous les citoyens américains ayant acheté une cartouche HP depuis... février 2001, à se joindre aux débats pour demander réparation.

Hp, qui a vendu depuis plusieurs millions d’imprimantes, peut se faire un sang d’encre si la procédure devait aboutir.
Par Marc Rees Publiée le 24/02/2005 à 08:35 - Source : Diverses
Publicité