S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les Etats-Unis inflexibles sur leur mainmise du net

A moi, rien qu'à moi, t'y touches pas !


La guerre du contrôle du Web prend décidément une tournure de guerre des clans. Le débat actuel s’articule autour d’un problème simple : c’est celui de la maîtrise des serveurs racines du web ainsi que de l'ICANN. Pour l’heure, ce sont les Etats-Unis qui en assurent la protection et restent ainsi chefs d’orchestre. Les Nations Unies, et plusieurs pays membres, ont cependant fait connaître leur volonté de prendre part au jeu et d'assurer notamment la surveillance de l’internet. Comme nous vous l’indiquions, la Chine déclarait à ce titre « nous estimons que le problème de politique publique de l'Internet devrait être résolu conjointement par les États souverains dans le cadre des Nations Unies.. Par exemple, les spams, la sécurité du réseau et le cyberespace -- nous devrions créer une agence spécialisée des Nations Unies comme corps compétent. »

Les Etats-Unis viennent de manifester sans nuance leur opposition à ce changement de gestionnaire. « Nous n’accepterons pas que la prise en charge de l’Internet par les Nations Unis » a déclaré David Gross, ambassadeur et coordinateur de la politique de la communication et de l'information des Etats-Unis au niveau international

 « Certains pays désirent cela, mais nous pensons que c’est inacceptable ».  A quelques semaines d’une grande réunion de la Société de l’Information en Tunisie, David Gross jure que certains progrès ont été accomplis, mais rien sur la question de la gouvernance d’internet. Quant à l’idée de transférer les pouvoirs de l’ICANN à une organisation intergouvernementale, sans doute sous l’égide des Nations Unis, le même monsieur Gross n’y va pas par quatre chemins : « nous pensons que c’est inapproprié ». Les Etats-Unis qui veulent ainsi conserver leur rôle historique sur le net ne sont donc pas prêts de lâcher du lest d’autant que ce même diplomate a exprimé à Genève que « ce n'est pas un problème de négociation.  C'est une question de la politique nationale. ».
Publiée le 30/09/2005 à 15:31

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;