La police d'Ecosse centrale opte pour Microsoft

Chez les volatiles et autres animaux voyageurs, il est souvent rapporté... 18
Chez les volatiles et autres animaux voyageurs, il est souvent rapporté des migrations du Nord vers le Sud, plus rarement de l'Est vers l'Ouest lorsque le climat devient incertain et les giboulées menaçantes. D'autres fois, ces flux prennent un sens plus exotique.

Ainsi, la Central Scotland Police (CSP) ou police d'Ecosse centrale a annoncé en fin de semaine dernière sa volonté de migrer massivement vers Microsoft. Dans le cadre d'un contrat signé avec l'éditeur, elle remplacera "certaines technologies en source ouverte par Microsoft Windows Server(TM) 2003, Microsoft Windows XP et Microsoft Office" indique le communiqué. Et les motifs invoqués sont divers.

Avec un léger soupçon technico-commercial, cela se traduit par : "dans le climat de sécurité actuel, il est de plus en plus nécessaire d'intégrer les systèmes des forces locales et les systèmes nationaux standard dans la mesure du possible. Il faut aussi simplifier les communications avec les partenaires de la justice pénale. Il est crucial d'avoir un partenaire fiable et sûr en logiciel, un partenaire conscient des coûts, qui partage notre point de vue et qui soit capable d'identifier les problèmes auxquels fait face la police moderne". C'est le préfet de Police qui l'affirme (voir le communiqué.)

On évoque donc au passage un besoin en interopérabilité avec les autres acteurs en liaison avec la police (justice, etc.), la réduction du nombre de systèmes d'exploitation, et un "accès accru à un plus grand choix de logiciel". David Stirling, responsable technique de la CSP, explique que les raisons ne sont pas tant idéologiques mais répondent à des "besoins purement professionnels".

Calculatrice en main, la Central Scotland Police estime qu'elle pourrait ainsi économiser près de "30 % des coûts de maintenance TI et 25 % du temps du personnel TI en utilisant la technologie Microsoft.". Dans le lot, le basculement concernera notamment 400 PC qui passeront de StarOffice à MS Office. Le mouvement a été initié en pratique dès le mois d'août dans le cadre de l'ouverture du G8. Il ne sera pas absolu dans la mesure où des applications libres occuperont encore le rôle de firewall et celui de serveur pour des bases de données, en concordance avec certaines juridictions nationales.

En début d'année, en France, la Gendarmerie optait pour un mouvement opposé en optant pour OpenOffice.org, avec d'abord 35 000 postes de travail puis 80 000 autres cet été pour enfin concerner tout le parc début 2006.
Par Marc Rees Publiée le 16/08/2005 à 10:30 - Source : Infoworld
Publicité