S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

La RIAA mène-t-elle une politique auto-destructrice ?

La Recording Industry Association of America vient encore d'effectuer deux poursuites en justice contre deux étudiants de l'Université de Penn State aux USA.

L'université a été sommée de fournir les informations nécessaires sur l'identité de deux IP suspectes, provenant de leur locaux. Deux noms d'étudiants seront donnés le 20 janvier, après trois semaines de délai « gracieux », qu'accorde une jurisprudence du 12 octobre dernier avant que leur FAI ne fournisse les informations demandées.

Ces deux poursuites font parties de l'opération « 754 John Doe », débutée le 16 décembre dernier, qui a pour but de poursuivre 754 personnes identifiées par autant d'adresses IP. Beaucoup d'autres universités sont touchées par cette liste de 754 IP, et Penn State avait déjà été sujette au même problème en mars 2004, concernant six autres étudiants.

Finalement, faute d'informations suffisantes dans leurs logs, l'université n'avait pu fournir l'identité que d'un seul des six étudiants suspects. En effet, les actes présumés illicites dataient de plusieurs mois déjà, quand les autorités ont demandé les noms des personnes soupçonnées.

C'est le professeur en marketing Peter Fader, de l'Université de Warthon, toujours en Pennsylvanie, qui, constatant la pauvreté des résultats de l'opération John Doe, avance l'idée que la RIAA mènerait une stratégie plus destructrice pour elle-même que pour le piratage. Ses recherches l'ont mené à cette conclusion :

« Ces poursuites sont autant de pas en arrière pour une partie de l'industrie du disque. Il n'y a pour l'instant aucune preuve réelle d'un résultat concret. Ca ne fait que légitimer le partage de fichiers dans la tête des utilisateurs », et d'ajouter « Ils éloignent les gens du téléchargement, qu'il soit légal ou illégal ».

Le professeur en conclut que le meilleur moyen serait, selon lui, que l'industrie du disque mette l'accent sur la promotion des inscriptions à des offres telles que MusicMatch, ou encore Napster, pour inciter, plutôt que de se borner à la repression...
Publiée le 18/01/2005 à 14:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;