Bientôt une baisse du prix des SMS ?

Kwa ? Spa bi1 lé sms tp chR, c lenbrouy 70
Le SMS, source confortable de recettes pour les opérateurs, a les faveurs d’une consultation de l’ARCEP(*). Le régulateur des télécommunications révèle ainsi que « près de 11 milliards de SMS ont ainsi été envoyés sur les réseaux (…) en 2004 », soit 7 fois plus qu’en 2000.

Le chiffre d’affaires retiré de ces quelques petits caractères est monstrueux : plus d’un milliard d’euros contre 151 millions d’euros en 2000. Dans la tranche des 15-25 ans, l’Arcerp chiffre à 80 le nombre de SMS envoyé chaque mois… Et ce n’est encore qu’un début puisque « l’appétence des consommateurs pour ce type de services, loin de se tarir, devrait se porter sur les réseaux fixes, où le SMS reste encore limité, et redoubler avec l’arrivée des nouveaux services à valeur ajoutée (SMS + , MMS, etc.) ».

Un développement qui a les faveurs de l’Autorité. Toutefois, elle note qu’un obstacle réel pèse sur cette évolution d’offres alternatives : celui des charges d’interconnexion demandées par les opérateurs mobiles pour l’envoi de SMS sur leur réseau. Elles sont de 5,336 centimes d’euros HT par SMS pour chacun des opérateurs, « niveau inchangé depuis 1999, malgré la forte baisse des coûts unitaires du SMS ». Du coup, par ricochet, le prix au détail reste à un niveau très élevé sans évoluer malgré l'explosion du secteur. On consultera le tableau particulièrement révélateur de ce niveau.

Compte tenu de ce niveau actuel, nulle surprise de voir des SMS au détail encore trop coûteux. Du coup, l’Arcep veut imposer un contrôle des tarifs et fixer un plafond de l’ordre de 2,5 centimes par SMS au niveau du marché de gros. Pour le marché de détail, aucune action directe n’a été choisie car on fait encore confiance au jeu concurrentiel. Une consultation est d’ores et déjà ouverte, elle sera ensuite transmise pour avis au Conseil de la concurrence, et aux autorités européennes afin de décrocher l’autorisation d'imposer la baisse des tarifs. Ce qui prendra un certain temps durant lequel encore quelques SMS pourront être chèrement échangés…

(*) L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes , ex-ART
Par Marc Rees Publiée le 25/10/2005 à 10:41
Publicité