P2P : un industriel du porno s’attaque à deux FAI américains

Plan à trois 46

Comcast et AT&T, deux des plus importants FAI américains, viennent d’être attaqués en justice par la Lightspeed Media Corporation, une société de production de films X. Alors que le procès ne concernait au départ que de simples abonnés suspectés d’avoir téléchargé des œuvres protégées, les opérateurs se sont attirés les foudres de l'industriel du porno en manifestant leur opposition à la divulgation des identités de leurs clients.

lightspeed

 

En décembre dernier, Lightspeed dépose plainte et demande à la justice de l’Illinois d’ordonner à différents FAI de révéler l’identité des propriétaires de plus de 6 000 adresses IP. Comme l’explique ArsTechnica, ces derniers sont suspectés d’avoir téléchargé des films, sans l’autorisation de l’industriel du X.

 

Seulement, les FAI voient ces demandes d’un mauvais œil, et forment une coalition pour s’y opposer, tant et si bien que la justice américaine refuse en première instance (en avril), puis en appel (début juillet), d’ordonner aux opérateurs l’identification des abonnés n’appartenant pas à l’État de l’Illinois.

 

Dans ce qui ressemble à des représailles en bonne et due forme, Lightspeed a annoncé vendredi par la voix de ses avocats qu’elle venait d’amender sa plainte, ajoutant AT&T et Comcast parmi les accusés. Les reproches qui leur sont fait ne sont pas nouveaux : l’industriel du X considère que les FAI protègent leurs clients, en raison des bénéfices que les opérateurs tirent de leurs activités illicites. Ainsi, la plainte de Lightspeed accuse Comcast et AT&T de « collusion d’intérêts, de complicité de fraude informatique et d’enrichissement sans cause ».

 

« Les FAI ont choisi de s'interposer dans ce litige, d’interférer avec les ordres de la Cour, de se soustraire à des assignations, et ce pour prévenir et empêcher [Lightspeed] de connaitre l'identité de ces abonnés qui ont piraté et le volé des contenus de son site web », a expliqué la société à ArsTechnica. Lightspeed a également expliqué que Comcast et AT&T avaient échoué à prendre « toutes les mesures permettant d’empêcher leurs abonnés de commettre des actes criminels et délictueux contre le plaignant, même après avoir eu une connaissance effective de l'activité criminelle et délictuelle ». L’industriel du X demande donc une injonction afin de contraindre les deux acteurs à collaborer, injonction accompagnée d'une demande de dédommagement de son préjudice.

 

Par Xavier Berne Publiée le 13/08/2012 à 17:16
Publicité