Microsoft prépare la gestion de l'IMAP dans son nouvel Outlook.com

Tout vient à point à qui sait attendre... longtemps 25

Microsoft a lancé voilà deux semaines le remplaçant de Hotmail : Outlook.com. La nouvelle version propose une interface entièrement rénovée et une unification de l’expérience avec celle des applications intégrées de Windows 8. Bien que l’éditeur ne propose toujours pas de support du protocole IMAP, il y a cette fois une lueur d’espoir.

  outlook hotmail metro

L'IMAP, un vieux protocole très utilisé

L’IMAP, pour Internet Message Access Protocol, est différent du POP3 car il est conçu pour laisser sur le serveur une copie des emails. Plus spécifiquement, le serveur et le client sont en miroirs : toute action effectuée sur l’un des deux entraîne sa répercussion sur l’autre. Mais l’IMAP ne s’occupe que des courriers, et Microsoft lui préfère le protocole EAS (Exchange ActiveSync) qui fonctionne de la même manière, mais généralisé aux contacts, tâches et calendriers.

 

EAS permet à des comptes Hotmail/Live/Outlook ou même Gmail d’être intégré dans un client tiers avec une synchronisation de type Exchange. Les emails, contacts et agendas sont gérés comme des miroirs des données sur le serveur, les modifications sont répercutées en push et un changement sur une machine met donc à jour toutes celles qui sont connectées. Et c’est ce fonctionnement qu’a choisi une nouvelle fois Microsoft pour son Outlook.com.

 

L’avantage pour les utilisateurs est qu’une seule configuration de compte permet de déporter vers un serveur certaines données importantes telles que les contacts. En outre, le protocole EAS est géré par iOS, Android, Windows Phone ou encore BlackBerry sur les mobiles, et par le client email de Windows 8 et Outlook 2013. Mais Microsoft se rend bien compte qu’il existe un espace vide dans le support d’EAS : OS X.

Son support est prévu par Microsoft

Sur Gizmodo, un responsable de l’équipe Outlook est intervenu pour répondre à certaines questions sur le sujet. On y apprend que l’IMAP est considéré comme un vieux protocole par Microsoft et que son principal problème est sa seule synchronisation des emails. La firme juge qu’EAS lui est supérieur en tout point, y compris en termes de performances, et il n’est donc pas étonnant qu’elle y mette l’accent.

 

L’éditeur reconnait toutefois que l’IMAP est implémenté dans de très nombreux clients et qu’il est donc difficile de passer à côté car les utilisateurs s’attendent à l’y trouver. Microsoft estime que l’IMAP est encore important pour deux raisons :

  • Le support des anciens téléphones qui ne gèrent pas EAS
  • Le support des développeurs qui veulent une API pour accéder aux emails

Compte tenu de cette importance, le support de l’IMAP est donc bien prévu au programme, mais aucune date n’a pour l’instant été donnée. Cela signifie que les nombreux clients email gérant ce protocole pourrait utiliser autre chose que le bien vieillissant POP3.

OS X : le grand vide

Ce qui manque finalement à Microsoft, c’est un support plus large d’EAS. C’est notamment le cas sous OS X : aucun client ne le gère. Le client Mail intégré au système par exemple gère Exchange, mais si EAS en est proche, il est tout de même différent. Microsoft reconnaît que la situation est pénible : « Nous savons que notre support des clients sur Mac n’est pas génial et nous travaillons dessus ».

 

Ce qui ouvre plusieurs pistes. Microsoft pourrait ne parler que du support de l’IMAP pour ses comptes outlook.com. Elle pourrait envisager la venue d’un client logiciel dédié. Toutefois, l’évolution de la consultation du courrier électronique va dans le sens du webmail, comme peuvent en témoigner les décisions récentes sur Thunderbird et le client Sparrow, racheté par Google. Une chose est certaine : Outlook.com sera lancé durant l'automne, mais il faudra attendre un peu plus longtemps pour l’IMAP.

Publiée le 13/08/2012 à 10:09 - Source : Gizmodo
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité