Twitter, Facebook, le business des faux comptes décrypté

Ou déchiffré, comme vous voulez 34

Alors que depuis quelques jours, les yeux sont tournés vers les 83 millions de faux comptes Facebook, la société Barracuda Labs a livré il y a peu une étude sur les faux comptes de Twitter. L'étude de Barracuda Labs analysé plus de 72 000 faux comptes Twitter, ainsi que les vendeurs de faux comptes et plus de 11 000 comptes exploitants lesdits faux comptes. Barracuda a notamment réalisé une infographie totalement dédiée à Mitt Romney, le candidat à la présidentielle américaine pris la main dans le sac pour avoir acheté des milliers de faux comptes Twitter.

faux comptes Twitter

Un véritable marché

L'étude a repéré au moins 20 personnes vendant de faux comptes Twitter sur eBay, et 58 sites différents. Leurs tarifs moyens pour 1000 abonnés est de 15 € (18 $). Parmi les 11 283 personnes sur Twitter analysés exploitant de faux comptes, l'étude a calculé qu'elles achetaient en moyenne 48 885 faux abonnés, soit un petit investissement de 733 euros. 53 % de ces abuseurs comme les nomme l'étude ont entre 4000 et 26 000 abonnés et 2,3 % ont au moins 100 000 abonnés. L'un d'entre eux a même plus de 5 millions d'abonnés. 75 % des abuseurs affichent un lien dans leur profil, contre 31 % pour les vrais utilisateurs de Twitter. 

L'enquête de Barracuda, qui a débuté en mai dernier, montre aussi qu'un revendeur de faux comptes Twitter contrôle environ 150 000 comptes et peut gagner jusqu'à 800 $ par jour rien qu'en contrôlant 20 000 comptes, ceci tout simplement en utilisant ces faux comptes plusieurs fois et pour plusieurs services différents (simple abonné, messages publiés, etc.).

Concernant les faux comptes Twitter en eux-mêmes, 55 % d'entre eux ont 2000 abonnés. Selon Barracuda Labs, Twitter pourrait sévir plus rapidement dès lors qu'un profilt compte plus de 2000 abonnés (2001 et plus), ce qui expliquerait pourquoi de nombreux faux comptes évitent de dépasser ce niveau. L'étude note de plus que ces faux comptes suivent en moyenne 1799 personnes, sans préciser si les comptes suivis sont réels ou non. Enfin, le plus vieux faux compte détecté lors de l'étude date tout de même du 15 janvier 2007.

La qualité du faux compte Twitter se paie

Barracuda Labs explique que Twitter pourrait aisément détecter ces faux comptes, mais que certains vendeurs utilisent plusieurs techniques pour tromper les moteurs automatiques de Twitter. Suivre aléatoirement des personnalités tout comme des membres ordinaires, ou encore publier des messages à l'aide d'un stream, permet notamment de tromper Twitter.

L'étude pointe d'ailleurs que les tarifs varient énormément selon les vendeurs de comptes. En effet, si en moyenne, 1000 faux abonnés Twitter coûtent 18 $, le plus bas tarif trouvé a été de 2 $, tandis que le plus élevé a été de 55 $. Une différence très importante qui s'explique par la qualité des faux comptes. Plus l'on paie, plus le faux compte aura l'air réel aux yeux de Twitter. Il sera donc susceptible de durer plus longtemps. De quoi mieux étaler son investissement. 

Les faux profils de Facebook eux aussi analysés

Enfin, Barracuda Labs a aussi publié dans le passé une étude sur Facebook. Statistique étonnante, alors que 40 % des vrais profils sur Facebook étaient des femmes lors de l'étude, 97 % des faux comptes analysés appartenaient officiellement à des femmes. Ces faux comptes avaient 726 amis, tandis qu'en moyenne, un vrai compte disposait de 130 amis. Autre drôle de statistique, Barracuda a remarqué qu'un faux profil Facebook compte 136 tags pour 4 photos. Pour le même nombre de photos, un vrai profil cumule généralement... 1 tag.

Sans surprise, les faux comptes sont soit faussement actif ou, au contraire, sont totalement morts. Dans ce dernier cas, ils ne servent ainsi qu'à gonfler le nombre d' « amis » de certaines personnes. Et selon Barracuda, 43 % des faux comptes Facebook analysés n'ont strictement jamais mis à jour leur statut.

Publiée le 06/08/2012 à 18:23
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité