S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le député Lionel Tardy demande lui aussi un audit des revenus de la Culture

Grain de blé, grain de sable

Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie, vient de soumettre une question parlementaire à la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, dans laquelle il prend parti pour un audit des revenus de la Culture, un peu comme l’a préconisé l’UFC-Que Choisir il y a quelques semaines.

 

Pour Lionel Tardy, « le système de financement de la culture tel qu'il existe actuellement n'offre pas de visibilité sur l'ensemble des revenus prélevés sur les consommateurs, ni sur l'affectation exacte de ces recettes ». Il explique ainsi que de nombreux prélèvements, directs ou indirects, encouragent les consommateurs à emprunter d'autres chemins pour éviter d'avoir à payer certaines contributions, à l'image de la taxe pour copie privée. Le parlementaire déplore ensuite que ces recettes soient en outre « affectées de manières très hétérogènes et empruntent parfois des circuits complexes, avec de multiples guichets »; reprenant ainsi la Commission de contrôle des SPRD, qui a encore dénoncé il y a quelques mois l’opacité de ces sociétés, les enchevêtrements, les participations croisées, la multiplication des mandats en cascade (X confie à Y qui confie à Z telle perception), surspécialisation des SPRD…


Participation intersociales des SPRD (rapport 2010 commission de contrôle des SPRD)


Lionel Tardy en vient ainsi à réclamer « une évaluation rapide des dispositifs dans leur intégralité, afin de cerner l'ensemble des revenus prélevés sur le consommateur et le système économique, ainsi que la manière dont ils sont affectés ». Ce faisant, il rejoint l’UFC-Que Choisir, qui a envoyé à la fin du mois de mai un message en direction de François Hollande et d’Aurélie Filippetti, fraîchement nommée ministre de la Culture, en faveur d’un audit préalable des revenus de la culture. « Lorsque l’on parle du financement de la création, on se pose rarement la question des besoins réels. Il me semble pourtant essentiel de savoir exactement où l’argent manque… s’il manque ! Ce préalable implique de connaître quels sont les revenus dont disposent les artistes /créateurs et leurs origines » expliquait Alain Bazot, président de l’UFC. 

Publiée le 02/08/2012 à 17:26

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;