Pour Lenovo, la rumeur de rachat de Nokia « est une blague »

"la rumeur de rachat de" est en trop 16

L'action de Nokia a progressé très fortement ce mercredi, non pas du fait de ventes exceptionnelles mais d'une rumeur relayée par des analystes annonçant le rachat de Nokia par le Chinois Lenovo. Une rumeur rapidement démentie par l'Italien Gianfranco Lanci, l'ancien PDG d'Acer et actuel patron de Lenovo EMEA, pour qui « cela doit être une blague ». Nokia n'a pas souhaité commenter la nouvelle.

nokia

Nokia compte sur la rentrée pour se redresser 

Lenovo dément formellement

« This must be a joke. » La réaction de Gianfranco Lanci au micro de Reuters est pour le moins explicite. L'ancien patron d'Acer a tout de même rajouté que rien n'était en cours, et donc qu'il s'agissait bien d'une fausse information. Cette rumeur ne serait cependant pas la première à être démentie pour finalement être confirmée quelques jours plus tard.

À ce jour, l'ex n°1 mondial des téléphones et des smartphones est le troisième vendeur de smartphone et le deuxième vendeur tous téléphones confondus. Plus grave encore, la société cumule les pertes ces derniers trimestres. Son action ne vaut ainsi que 2,5 $ au NYSE, contre 15 $ début 2010, près de 40 $ fin 2007 et près de 60 $ à son plus haut en 2000. La capitalisation boursière de Nokia est ainsi inférieure à 10 milliards de dollars aujourd'hui, ce qui en fait une proie de choix pour qui voudrait frapper un grand coup dans le secteur mobile.

La montée en puissance de Lenovo

De l'autre côté, le Chinois Lenovo ne cesse de monter en puissance dans le secteur des PC, au point d'être déjà n°2 mondial devant Dell et Acer. La firme asiatique pourrait même devenir n°1 mondial et doubler Hewlett-Packard dans les prochains trimestres grâce à son poids considérable en Chine.

En mai dernier, lors de la publication de ses derniers résultats financiers, Lenovo avouait que le secteur des PC représentait 89,9 % de son chiffre d’affaires. Toutefois, la société chinoise a noté que les smartphones et les tablettes montaient en puissance ces derniers mois, avec notamment 9,5 % et 17,2 % de part de marché respectivement en Chine. La société compte de plus envahir le marché de la télévision.

En somme, Lenovo ne manque pas d'ambition. Les différents rachats et partenariats réalisés ces dernières années, que ce soit la division PC d'IBM, Medion et NEC, prouvent que Lenovo n'hésite pas à faire des investissements voire des acquisitions pour gagner des parts de marché. Croquer Nokia n'aurait ainsi rien d'insensé, d'autant plus que la société a déjà délocalisé la quasi totalité de sa production en Asie et que la transition de Symbian vers Windows Phone est en partie derrière elle, même si cela tarde à porter ses fruits pour le moment.

Un partenariat plutôt qu'un rachat ?

Un banquier Hong-kongais, qui s'est confié sous couvert d'anonymat à Reuters, estime cependant que Lenovo n'a aucun intérêt à dépenser des milliards de dollars pour racheter Nokia, qui ne concerne pas son coeur de métier. Le banquier verrait plutôt un partenariat entre les deux sociétés. Il faut en effet noter que si la capitalisation boursière de Nokia est aujourd'hui bien plus faible qu'il y a quelques années, Lenovo, lui, a une valeur inférieure à celle de Nokia. Et son trésor de guerre n'est que de 3,8 milliards de dollars. Investir dans Nokia est donc une posibilité, mais un rachat intégral est peu probable.

Publiée le 01/08/2012 à 17:11
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité