Piratage et perception de la police par les adolescents

Avez-vous négligemment sécurisé votre accès ? 46

La CNIL vient d’autoriser une unité de l’Institut d’études politiques de Grenoble à lancer une enquête « sur la perception de la police par les adolescents en France ». Sa finalité est d’opérer un traitement des données statistiques afin d’étudier les rapports entre les jeunes et la police. L’enquête sera effectuée auprès de 5000 collégiens de la région dont le chef d’établissement et les parents auront accordé leur feu vert. « La participation est volontaire et facultative » précise la délibération CNIL.

Outre la zone géographique, la CNIL souligne que des données relatives à des infractions peuvent également être collectées : le jeune pourra être amené à déclarer s’il consomme de la drogue, s’il vole, s'est livré au racket, a endommagé du mobilier urbain. Ces mêmes enquêtés pourront avoir à déclarer les infractions de « piratages d’œuvres protégées par le Code de la propriété intellectuelle » à l’enquêteur. D’autres questions porteront sur la politique et la religion (confession et fréquence des pratiques). Cette granulosité fine permettra d’apprécier « les causes de la perception plus ou moins bonne de la police par les adolescents, qui peut varier en fonction des interactions avec l’institution policière ».

Les données collectées ne sont pas nominatives. « Seule l’adresse permet d’identifier les enquêtés » mais la mesure est nécessaire puisque la zone de résidence permet de mesurer la relation avec la police et sa perception selon le lieu de résidence. Ces éléments seront anonymisés lors de la collecte.

Publiée le 31/07/2012 à 09:25
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité