W3C : le HTML5 pour 2014 et la version .next déjà à l'étude

L'organisme veut accélérer 40

Nous avons récemment parlé dans nos colonnes de la séparation entre deux organismes chargés de travailler sur les technologies du web : le W3C et le WHATWG. Les deux ont travaillé longtemps main dans la main pour la construction des standards qui permettent à tous les navigateurs d’interpréter des pages web notamment de la même manière. Il faut toutefois apporter quelques nuances dans les conséquences de cette séparation.

html5

Le HTML5 sera publié en version finale en 2014

La principale peur concernant la « rupture » entre le W3C et le WHATWG est l'avenir du standard HTML5. Ce groupe de technologies est dépeint depuis longtemps comme l’avenir du web. Car en dépit des très nombreuses actualités sur le sujet, le standard n’est en lui-même pas finalisé. Bien que son brouillon soit finalisé, l’objectif actuel est une publication pour 2014. 

 

Les deux organismes se sont en fait séparés sur des questions d’organisation et de rapidité de traitement. Les méthodes de fonctionnement sont en fait très différentes. Le WHATWG a été créé par des sociétés telles qu’Apple, Mozilla ou encore Opera, avant d’être rejoint notamment par Google et d’autres. Les informations y sont traitées rapidement pour une implémentation dans les navigateurs. Le W3C s’attache davantage à définir des standards très généraux que l’on pourrait comparer à de véritables « canons » : des références générales pour tout acteur s’intéressant à une ou plusieurs technologies.

 

Dans une annonce récente, le W3C a toutefois annoncé que des changements allaient avoir lieu. D’une part, le HTML Working Group a décidé qu’il était plus que temps pour le HTML5 de passer au statut « recommandation », autrement dit une version finale du standard, tout en changeant les méthodes pour y parvenir. D’autre part,  le travail va commencer sur le HTML.next, qui est tout simplement le nom de la version suivante du standard HTML.

 

Le premier point est le plus important car c’est de lui dont a découlé l’objectif de 2014. Le W3C annonce que Microsoft, Google et Adobe notamment ont investi pour fournir les moyens nécessaires à la création de nouvelles équipes pour travailler aussi bien sur les spécifications que sur les tests. Des équipes requises selon le W3C pour couvrir le nombre de cas toujours plus importants à prendre en compte : ordinateurs fixes et portables, smartphones, ebooks, set-top boxes et ainsi de suite.

Des effectifs supplémentaires au sein du W3C pour travailler plus rapidement

En outre, la cassure entre le W3C et le WHATWG n’est pas aussi nette qu’on pourrait le penser, comme nous l’explique Ian Jacobs, responsable de la communication au W3C : « Il y a de nombreuses personnes qui participent aux deux communautés, assurant un échange continu d'informations. Ian Hickson a lancé un "Community Group" au W3C afin de faciliter encore plus l'échange. Certains individus importants dans le WHATWG ont des rôles au sein du W3C; ils sont éditeurs des spécifications ou bien ils dirigent des groupes de travail ».

 

Nous nous inquiétions également dans notre actualité d’une évolution possible à deux vitesses pour le HTML5. Mais Jacobs s’est montré rassurant en assurant qu’il n’y avait « rien à craindre ». En outre, il assure que tous « ceux qui voudront un standard stable, avec « Royalty-Free Licensing Commitments » de l'industrie, pourront compter sur ce document, déjà très stable ». Une situation illustrée notamment par les éditeurs de navigateurs qui finissent par retirer progressivement les préfixes dans leur support du HTML5 : graduellement, un même code finit par être interprété de la même manière.

 

Ian Jacobs nous a ensuite confirmé que le W3C et le WHATWG travailleraient bien ensemble pour le HTML.next : « puisque le Web évolue en continue, le W3C se penche d'ores et déjà sur "HTML.next" en collaboration avec le WHATWG (et la communauté Web en général). Les innovations peuvent arriver à tout moment, et à toute vitesse. Certaines feront partie d'HTML.next ». Nous avons donc demandé si le rythme serait du coup accéléré, et le responsable s’est montré affirmatif : « Oui. L'engagement des adhérents du W3C ("the W3C Members") dans l'effort de ce groupe de travail le permettra. Par exemple le soutien financier récent d'Adobe, Google, et Microsoft nous aidera à la fois à atteindre notre objectif de stabiliser HTML5 en 2014, et à accélérer le travail sur .next ».

 

Dans la pratique, il ne devrait donc pas y avoir de gros changements dans les prévisions qui étaient faites sur le HTML5. Il reste bien sûr à observer les nouveaux développements de ces annonces, et notamment comment sera gérée la genèse du HTML.next. Un futur HTML6 ?

Publiée le 02/08/2012 à 14:29
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité