S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Gabe Newell : Windows 8 est une « une catastrophe pour le PC »

Rien à voir avec l'argent

L’arrivée de Windows 8, quoi qu’on en dise, marquera les esprits. Son succès est soumis à divers paramètres, dont l’acceptation par le public de sa nouvelle interface. Mais d’autres éléments peuvent représenter des séismes pour des sociétés à l’activité bien précise depuis des années. C’est le cas de Valve, dont le cofondateur et directeur Gabe Newell s’est montré particulièrement dur avec le prochain Windows.

  steam

Windows 8 :  « une catastrophe pour le PC »

Windows 8 représente un changement assez brutal de direction si on le compare aux anciens systèmes de Microsoft. Plus question d’avoir simplement un bureau sur lequel viennent s’ébattre des dizaines d’applications. La firme de Redmond a fait non seulement le pari de proposer une interface commune pour les PC et les tablettes, mais elle y intègre pour la première fois une boutique d’applications. Et c’est justement cette dernière qui fait craindre le pire à Valve.

 

 

Le Windows Store a pour ambition de concentrer l’ensemble des applications Metro. Il s’agit en fait du seul moyen d’installer une création réalisée avec l'environnement WinRT. Pour les jeux, tout tourne essentiellement toujours autour de DirectX. Cela signifie que les éditeurs peuvent créer des jeux visant le tactile comme d’autres conçus pour le clavier et la souris. Ce que craint Valve par-dessus tout, c’est un verrouillage complet du terrain par Microsoft.

 

Gabe Newell n’hésite donc pas à dire que « Windows 8 est une catastrophe pour tous les acteurs dans le PC ». Selon lui ce ne sont ni plus ni plus moins que des fabricants de PC et OEM qui vont se désintéresser du marché du PC, notamment parce que Windows 8 se focalise nettement sur le tactile : « Si cela se confirme, il sera bon de disposer d'alternatives pour se protéger de cette éventualité ».

Penser à se protéger

L’alternative dont parle Newell n’est autre que Linux : « Nous voulons rendre aussi aisé que possible l'usage des 2 500 jeux de Steam sur Linux. C'est une stratégie de couverture ». Ce n’est pas la première fois que Valve porte ses yeux sur une autre plateforme puisque Steam est déjà disponible sur OS X. À terme, l’éditeur aimerait qu’au moins une partie des jeux puisse toucher la totalité des utilisateurs. Un argument d’ailleurs qui ne manque pas de potentiel.

 

On peut se demander d’ailleurs si la décision d’investir plus lourdement sur Linux n’a pas été influencée en partie par l’évolution de Windows. En effet, Valve craint également que la boutique de Microsoft prenne de l’ampleur au point d’éclipser toutes les autres. En filigrane, la disparition de toutes les boutiques tierces, à commencer par Steam dont c’est justement l’activité principale.

La menace d'un écosystème écrasant

Steam dispose pourtant d’une audience plus que conséquente avec environ 40 millions d’utilisateurs. En outre, les promotions que l’on peut y voir attirent tous les six mois des millions de joueurs en quête de jeux moins chers. Valve craint que le Windows Store impacte négativement ses finances en déportant une partie du public vers de nouvelles terres. Dans la pratique, les craintes de Valve ne sont pas sans fondements.

 

Le 30 octobre, Microsoft démarrera sa conférence BUILD dédiée aux développeurs. L’écosystème de la firme s’apprête à un très grand virage avec l’association de Windows 8 et Windows Phone 8. Des bases communes, tout comme des environnements de développement et donc des API. Il n’est pas très difficile de deviner où Microsoft souhaite se diriger : une même base de code pouvant rapidement être adaptée pour Windows, Windows Phone et la Xbox.

Vers une ère post-tactile

Mais en dehors du simple aspect financier, Gabe Newell n’est pas d’accord avec Microsoft sur la direction prise vers le tactile. Il existe évidemment de nombreux titres qui sont faits pour être joués au clavier et à la souris, mais Newell pense, lui, à une ère « post-tactile ». Il regarde ainsi en direction du pilotage à la voix ou encore du suivi des yeux, même s’il avoue qu’il reste de nombreux progrès à réaliser.

Source : IGN
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Google+

Publiée le 26/07/2012 à 16:32

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;