Des rock stars britanniques réclament une meilleure protection du copyright

Bodyguard 93

Dix personnalités britanniques de renommée internationale viennent de co-signer une lettre intitulée « Les musiciens ont besoin d’une législation solide en matière de copyright pour exceller au niveau mondial ». Sur le tapis : les activités illicites sur Internet et le rôle des intermédiaires.

enveloppe lettre

 

La lettre, disponible sur le site du Telegraph, a été signée par des artistes mondialement connus : le chanteur Elton John, Roger Daltrey et Pete Townshend des Who, Robert Plant (Led Zeppelin), Roger Taylor et Brian May de Queen... De jeunes rappeurs se sont également joints à la démarche, comme Professor Green et Tinie Tempah. Le célèbre présentateur Simon Cowell fait lui aussi partie des signataires.

 

En intitulant leur message « Les musiciens ont besoin d’une législation solide en matière de copyright pour exceller au niveau mondial », les vedettes annoncent déjà la couleur. Ils commencent toutefois par poser le contexte : la musique britannique dispose d’atouts comme sa langue, d’artistes comme Adèle,... Toutefois, ils en reviennent aux bases de l’économie de la culture, expliquant que la compétition de leur secteur se joue autour du « talent et de l’innovation, et non pas du coût du travail ou des matières premières ».

 

Et les intéressés d’en déduire que le Royaume-Uni doit se doter d’un cadre juridique solide en matière de copyright, et ce, « de sorte que les industries créatives britanniques puissent obtenir un retour sur [leurs] énormes investissements pour la création de contenus originaux ». Les moyens sollicités par les signataires de la lettre ? Rien de très nouveau : « Les activités illicites sur Internet doivent être reléguées aux marges ». Ils expliquent néanmoins que « la façon la plus simple d’assurer ça serait de mettre en œuvre les mesures du Digital Economy Act de 2010, attendues de longue date ». Pour rappel, c’est ce fameux texte qui institue la riposte graduée britannique, laquelle ne devrait pas entrer en action avant 2014.

 

Ce n’est pas tout, les auteurs de la lettre demandent également à ce que « les FAI, les moteurs de recherche et les annonceurs en ligne jouent leur rôle dans la protection des consommateurs et des créateurs vis-à-vis des sites illégaux », sans donner plus de détails. Ils suggèrent néanmoins que ces derniers ne prennent pas suffisamment de mesures pour protéger leurs droits.

 

Dans le dernier paragraphe, les signataires se dédouanent de tout intérêt personnel dans la manœuvre : « nous croyons que nous, et notre secteur, pouvons jouer un rôle beaucoup plus important pour soutenir la croissance britannique ». Et ces derniers de conclure, dans un clin d’œil aux Beatles, « we need a little bit of help from our friends ».

Par Xavier Berne Publiée le 25/07/2012 à 09:45
Publicité