Pour Facebook, Richter, c’est du cochon, pas de l’art

On tombe des nues 59

Sur son compte Facebook, le Centre Pompidou ne peut librement faire la promotion des œuvres d’art de son choix si celui-ci excite les filtres puritains du réseau social.

Ema Gerhard RichterEma (nu sur un escalier)

1966, (c) Gerhard Richter, 2012

Une exposition est actuellement organisée au Centre Pompidou : celle de Gerhard Richter, l’un des maîtres de la photopeinture. Quelque 150 œuvres de l’artiste sont à découvrir à Paris mais toutes n’ont pas droit de cité sur Facebook.

Selon le blog Les notes de Véculture, le Centre Pompidou a tenté de reproduire « Ema » de Richter sur son compte Facebook. On y voit une femme nue descendre un escalier en hommage au célèbre tableau de Marchel Duchamp. Problème : Facebook a considéré que le Centre Pompidou allait au-delà du raisonnable et a tout simplement retiré cette photo.

« A-t-on peur que le choc d’un sexe vaille plus que le poids des mots révolutionnaires du printemps dernier ? Perturbe-t-on la société, l’ordre établi ? Et quand bien même, quel rôle doit-on donner à l’art si on lui retire cette possibilité ? se demandent Les notes de Véculture  (…) Alors, en tant que gestionnaire d’une communauté d’institution artistique, comment puis-je faire confiance à Facebook ? L’art que je dois relayer sur la page du réseau social doit-il être le vecteur de la bien-pensance d’une société puritaine ? Dois-je me faire commissaire d’une exposition d’art officiel, validé par le dogme puritain américain ? ».

Contacté, le Centre Pompidou nous confirme que l'image a bien été retirée, mais n'a pas d'autre réaction à nous communiquer.

Ce n’est pas la première fois que les outils Facebook traquant les poils et la peau lacèrent les tableaux à coups de ciseaux. Un internaute français a justement traîné le réseau social devant la justice : Facebook lui avait fermé son compte après la publication d’une vignette de « l’Origine du Monde » de Gustave Courbet.

Publiée le 23/07/2012 à 11:37
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité