S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le FDNN fait sauter le blocus financier de Wikileaks !

Visa pour un don

Plusieurs grands acteurs des moyens de paiement (Visa, Western Union, PayPal, ou Mastercard, etc.) bloquent depuis le Cablegate de décembre 2010 les dons vers Wikileaks. L’initiative de Julian Assange a trouvé cependant un moyen pour hacker ce verrouillage qui reste d'actualité : elle a fait appel à l’association FDNN, l’émanation de French Data Network, qui soutient les projets défendant la neutralité du Net et la liberté d’expression.

wikileaks

 

La semaine dernière, Wikileaks gagnait une manche importante contre Valiator, partenaire islandais de Visa et Mastercard. Ces établissements, mais aussi Western Union ou PayPal, avaient fermé les vannes dès décembre 2010, après le « Cablegate », cette fuite massive de documents diplomatiques venus des États-Unis, diffusés par Wikileaks (voir ceux sur Hadopi).

 

Un tribunal islandais a cependant considéré illicite cette rupture de contrat, rétablissant les versements de dons au profit de Wikileaks. « C'est une victoire considérable face à la tentative de Washington de réduire WikiLeaks au silence, applaudira Assange. On ne nous fera pas taire. La censure économique, c'est aussi de la censure. C’est mal. D’autant plus mal lorsque cela est fait en violation de la loi. Les uns après les autres, ceux qui sont impliqués dans la tentative de censure de Wikileaks vont se retrouver du mauvais côté de l'histoire. » Problème : la décision de la cour de district de Reykjavik ne s’applique qu’en Islande et Visa s’est empressée de rappeler sa décision pour les autres pays : pas de don en faveur de Wikileaks via ses moyens de paiement.

Dons -> FDNN -> Wikileaks

Qu’à cela ne tienne : la clef pour débloquer cette muraille financière arrive aujourd’hui. Et surprise, elle vient du milieu associatif français : le Fonds de Défense de la Neutralité du Net (FDNN) va désormais s’occuper de la récolte des fonds pour Wikileaks !

 

Le FDNN, émanation d’une autre association, la French Data Network chère à Benjamin Bayart, soutient déjà les projets de la Quadrature du Net, de Framasoft ou encore de l’April. L’association a en effet « pour but de porter le financement de projets qui visent à défendre la neutralité des réseaux, et plus largement la liberté d’expression sur Internet ». Et Wikileaks entre pleinement dans ce cœur de cible.

 

Dans un communiqué, le FDNN rappelle que « le blocus a supprimé 95% des revenus de l’association. Bien que le gouvernement américain ait conclu qu’il n’y avait pas de motifs légitimes pour ajouter WikiLeaks à un blocus financier américain, le blocus continue. WikiLeaks a sollicité l’aide de FDNN pour éviter ce blocus. FDNN s’appuie sur le système bancaire français, et le GIE Carte Bancaire, pour traiter les paiements plutôt que d’être directement en contact avec VISA ou MasterCard. Ce système permet à FDNN de récolter des fonds destinés à WikiLeaks, y compris par des dons par carte bancaire. » Sur le formulaire de dons par carte bancaire, le donateur peut désigner Wikileaks, ou laisser FDN distribuer les sommes en fonction des besoins respectifs. 

 

wikileaks FDNN

Le blocus contourné

Nous avons posé quelques questions à Benjamin Bayart sur cette initiative. Sur l'origine de ce rapprochement, l'intéressé nous confie : « J’y ai pensé le jour où Wikileaks s’est retrouvé bloqué. La vraie préparation remonte à deux mois quand ils nous ont demandé notre aide. L’avantage est que Visa et Mastercard ne peuvent pas résilier le contrat avec nous, puisque nous n’avons pas de contrat avec eux. En termes de volumétrie, cela représente à peu près 100 000 dollars de dons par mois lors du blocage. Wikileaks gère plusieurs comptes bancaires, cités sur leur page de soutien

 

Sur le manque de transparence dans l'utilisation des fonds, Benjamin Bayart concède : « cela fait partie des trucs que j’ai n’ai jamais aimé chez Wikileaks, le fait qu’ils ne soient pas transparents. Il y a un manque de transparence sur les comptes. Ce n’est pas ma façon de gérer, mais nous n’émettons pas de jugement de valeur. Nous ne sommes pas commissaires aux comptes. Nous disons simplement que leur activité est en cadre avec ce que défend FDNN et on permet aux gens de donner. Pour le reste, on sait ce qu’ils font. Mes habitudes personnelles, c’est plutôt le mode de gestion de FDN où tous nos documents sont en ligne, y compris la comptabilité. »

 

Le rapprochement entre Wikileaks et FDNN s'est en tout cas passé le plus simplement du monde : «  Nous avons géré cela par un simple mail. Ça ne va pas plus loin. Le projet a été soumis à notre conseil de gouvernance et a été accepté. Conformément à nos statuts, nous portons des appels aux dons pour des projets qui défendent la neutralité du net, et plus largement les libertés numériques, et plus largement encore, la liberté d’expression. »

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 18/07/2012 à 12:37

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;