S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Ballot Screen : Microsoft manque à ses engagements et risque des sanctions

C'est screen...

Joaquín Almunia, le vice-président de la Commission européenne et commissaire à la Concurrence, déborde de travail. En négociation avec Google afin de l'obliger à faire des concessions et éviter des années de conflits (et accessoirement une amende de plusieurs milliards d'euros), voilà qu'Almunia vient d'annoncer que Microsoft pourrait bien rentrer dans une spirale négative. Pour l'instant, seule « une enquête pour un possible non-respect des engagements de Microsoft » vis-à-vis du choix des navigateurs (ballot screen) a été ouverte. Si ce non-respect venait à être confirmé, l'éditeur n°1 au monde risque des sanctions financières non négligeables.

28 millions de PC dans le collimateur

Après les amendes records d'Intel et Microsoft ces dernières années, pourrait-on assister à une nouvelle amende en centaines de millions voire milliard d'euros ? Nous n'en sommes pas encore là, néanmoins le scénario est plausible, même si de telles sommes devraient être évitées.

 

« Si, à la suite de notre enquête, cette infraction est confirmée, et Microsoft semble reconnaître les faits, alors il pourrait y avoir de sérieuses conséquences » a déjà prévenu Almunia. Or Microsoft vient de publier un communiqué sur son site s'excusant d'avoir failli à ses responsabilités, suite à une erreur technique. Le choix de navigateurs censé être proposé aux Européens depuis deux ans et demi environ a bien été mis en place, mais Microsoft a manqué 28 millions de PC européens fonctionnant sous Windows 7 SP1, des PC pourtant disponibles depuis plus d'un an...

Les regrets de Microsoft

« Bien que nous ayons pris des mesures immédiates afin de remédier à ce problème, nous regrettons profondément que cette erreur se soit produite et nous nous en excusons » explique Microsoft sur son site. Ce dernier rajoute que la Commission européenne lui a fait savoir qu'elle avait reçu des rapports que son système de choix de navigateurs n'a pas été visible sur certains PC, ce qui est un manquement direct à ses engagements.

Suite à cette nouvelle, des mesures ont été prises par Microsoft. Une mise à jour des PC concernés a ainsi été réalisée très rapidement. Les futurs PC vendus sous Windows 7 SP1 n'auront plus de problème, et une enquête a été menée afin de mieux comprendre la source de cette erreur technique. Un rapport sera fourni à la Commission.

La proposition de Microsoft pour éviter une amende

Enfin, dans le but d'éviter une sanction de la part de l'Europe, Microsoft a proposé de prolonger sa période de conformité de 15 mois, soit jusqu'à mi-2015. Microsoft s'attend cependant à des sanctions et comprend qu'elles puissent avoir lieu, ceci malgré ses réactions et sa proposition de prolonger le délai.

 

Selon le commissaire à la Concurrence européenne, un non-respect d'engagement « ne s'est jamais produit auparavant ». Il s'agirait donc d'une première pour la firme de Redmond.

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 17/07/2012 à 17:41

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;