Publicité en ligne : Microsoft France se prépare à 30 départs volontaires

Et une perquisition de « routine » en prime 22

Microsoft France est l’une des filiales du groupe les plus efficaces dans le monde. La structure comprend actuellement 1 700 employés et certains produits ou parties de produits sont même développés dans les locaux, surnommés « Campus », à Issy-les-Moulineaux. Pourtant, l’entreprise se préparerait à annoncer aujourd’hui un plan de départs volontaire de 30 postes.

La Tribune rapporte que l’hégémonie d'un acteur (en filigrane : Google) dans le monde de la publicité en ligne a forcé Microsoft à reconsidérer ses effectifs. La division Publicité & Internet est donc concernée par 30 départs volontaires qui pourront être de véritables portes de sortie mais essentiellement des reclassements. La nouvelle a été annoncée vendredi dernier lors d’un comité interne et doit être présentée aujourd’hui aux employés.

Une porte-parole de Microsoft a ainsi indiqué à La Tribune plusieurs raisons à cette décision : « la structure de marché de la publicité en ligne associée à la recherche, dominé par un acteur hégémonique », « la baisse de la monétisation de services autrefois référents », et « la transformation du marché de la publicité en ligne ». Traduction : c’est Bing qui est touché. La porte-parole l’a d’ailleurs confirmé : « La régie et les personnes travaillant pour Bing sont touchées mais le portail MSN, qui emploie d'importantes équipes éditoriales, n'est pas concerné ». Un Bing qui a décidément bien du mal face au monstrueux Google.

Pour autant, la santé de l’entreprise ne semble pas en danger. La porte-parole a en effet indiqué que 40 postes devaient être créés dans l’année.

Notez que Microsoft est actuellement sous le coup d’un contrôle fiscal ayant déclenché une perquisition dans ses locaux. Un porte-parole l’a confirmé au Monde : « Il y a bien un contrôle de l'administration fiscale au siège de Microsoft France. Il s'agit d'un contrôle tout à fait banal, auquel nous collaborons naturellement ». Malgré les propos rassurants de l’entreprise, 80 policiers étaient sur place selon 20Minutes. Un accompagnement « normal » selon Microsoft dans ce genre de procédure.

Selon nos propres informations, la procédure n’aurait effectivement rien de spécial : le contrôle se fait sur les licences achetées car ces opérations sont en fait gérées en Irlande. Les services fiscaux souhaitaient donc s’assurer que tout avait été déclaré. Les forces de police étaient, elles, en place pour veiller à ce que les employés arrêtent leur travail, certains disques durs étant aléatoirement choisis pour être copiés.

Nous attendons actuellement des précisions supplémentaires sur les départs et la perquisition.

Publiée le 02/07/2012 à 11:49
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité