SFR pourrait pousser au départ 1000 à 1200 employés

Le pont Lévy entre l'emploi et le chômage 51

Le JDD a confirmé dimanche une partie de nos informations exclusives publiées une semaine plus tôt. Alors que les syndicats de SFR tablaient plutôt sur 500 départs, nous avancions le nombre de 1000 départs, soit environ 10 % de l’effectif de l’opérateur au carré rouge. Or selon le JDD, les syndicats prévoient désormais 1000 suppressions de postes, voire 1200.

Jean-Bernard LEVY - Président-directeur général - Crédit photo : Denis ALLARD
Jean-Bernard LEVY - Président-directeur général - Crédit photo : Denis ALLARD

Nous saurons tout le 3 juillet

Particulièrement touché par l’arrivée de Free Mobile et malmené dans le secteur d’Internet, SFR vit un début d’année 2012 catastrophique. L’opérateur a ainsi réalisé la performance de perdre au premier trimestre de l’année à la fois des clients dans le mobile (comme Orange et Bouygues) mais aussi dans le fixe (ADSL). Une performance rare pour un opérateur ADSL.

D’après le JDD, un syndicat aurait confirmé les 1000 voire 1200 suppressions de postes auparavant annoncées sur PCINpact. Selon notre confrère, la nouvelle devrait être officialisée aux salariés le mardi 3 juillet prochain. Afin d’éviter des licenciements secs, un plan de départ volontaire, très « généreux », sera mis en place.

Des économies à réaliser

Le but pour SFR serait d’économiser 1 milliard d’euros, notamment en réduisant ses dépenses de 800 millions d’euros et ses investissements (200 millions). Si la nouvelle devrait être annoncée la semaine prochaine, le plan de départ volontaire (PDV) ne sera effectif qu’à partir de la rentrée au plus tôt. L’arrivée de Michel Combes le 1er août prochain, le nouveau PDG de SFR, conditionnera certainement le nombre de départs exacts voulus par la société.

Autres informations du JDD, SFR pourrait fermer 30 à 40 boutiques par an d’ici 2016 et les subventions de téléphones pourraient se réduire afin de se rapprocher des prix réels des appareils. Les employés les plus touchés par le PVD devraient être ceux des services commerciaux et du réseau de distribution.

Des pressions importantes sur les centres d'appels

Enfin, les centres d’appels externes, notamment ceux de Teleperformance, pourraient aussi souffrir, SFR demandant une baisse des coûts de 10 à 25 % affirme le JDD. « Logés à 70 % en France, ces call centers pourraient délocaliser et risquent de laisser sur le carreau entre 1000 et 2000 emplois » rajoute le JDD.

Publiée le 26/06/2012 à 09:04
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité