DDL : un label indépendant écrit aux « poules mouillées » du net

Chicken run 121
Sean Bouchard, responsable du label indépendant bordelais Talitres, a publié la semaine dernière une lettre ouverte à destination de « Poule Mouillée », le pseudonyme utilisé par un internaute ayant publié un lien de téléchargement direct vers l’album d’un des groupes qu’il produit. Même s'il évoque sa « colère », ce passionné de musique se positionne avant tout en faveur d'une responsabilisation des échanges sur Internet.

talitres lettre ouvert

Intitulée « Chère Poule Mouillée, ou l’exigence », cette lettre publiée symboliquement le jour de la Fête de la musique (et consultable dans son intégralité ici) est avant tout un pamphlet contre certains « pseudo-anonymes du net » qui mettent à disposition des fichiers protégés en téléchargement direct. Ce qui leur est demandé ? « En aucun cas de retirer [leur] lien de téléchargement », mais plutôt de préciser « le site de l’artiste, celui du label, les formats disponibles, les concerts,… ». Comme l’explique Sean Bouchard, c’est un « acte pseudo-responsable donneur de bonne conscience » qui avant tout serait apprécié.

Même s'il ne l'évoque pas explicitement, on devine d'après l'illustration de cette lettre que c'est la mise à disposition de l'album « Good man down » d'Ewert and the two dragons qui a provoqué ce « coup de gueule », comme le souligne Télérama

S'agissant du téléchargement illégal, l’homme se veut pragmatique. « Je ne vais pas prendre mon bâton de juge et parcourir tel un anachorète les méandres des blogs et des forums. Recherche vaine, déjà dérisoire et ô combien ridicule ». Au passage, Hadopi en prend aussi pour son grade : « je n’aime pas cette loi, véritable machine à gaz à tourner en rond, cache misère de certains maux de l’industrie musicale, quasi rien en elle ne me plait ».

Après s’être positionnée en détracteur de la Haute autorité, symbole de la répression contre le téléchargement illégal, la plume de Sean Bouchard va frapper le manque de courage de ces « pseudo-anonymes du net ». La figure de la « poule mouillée », du nom de l’internaute ayant initialement mis à disposition le lien de téléchargement direct, est sévèrement critiquée, qualifiée de « sobriquet pitoyable » et assimilée à une « provocation ». « Peut-être êtes-vous aussi un acheteur de disques (physiques ou numériques), allez-vous aux concerts, recommandez-vous vos goûts musicaux ? Quelle belle affaire. En toute modestie je ne vois pas quel orgueil vous pouvez en tirer ».

Contrairement aux industriels du divertissement qui ont maintes fois diffusé le message que « le téléchargement, c’est le vol », Sean Bouchard s’y prend différemment : il tente d’atteindre l’amour-propre de l’internaute. Et d’une manière bien à lui, puisqu’il explique les raisons de sa passion : « Savez-vous Poule Mouillée que l’une des plus grandes jouissances est de suivre la destinée d’un disque ou d’un artiste. Savoir en quelles mains il ira, quelles oreilles attentives l’écouteront ». « Je considère que chaque nouvelle sortie est à choyer comme une pierre précieuse, c’est notre mur que l’on construit, disque après disque, brique après brique, un patrimoine sonore, une identité avec ses visages, ses cicatrices, ses erreurs, ses mines d’or que l’on protège, ses enfants que l’on couve et qui vous font grandir, éventuellement qui partent. Voyez-vous ? ». Car l’intéressé conclut en invitant son destinataire au dialogue, dans le « plaisir » et « la plus grande cordialité ».

Voir ici notre interview de Sean Bouchard, qui explique plus en détail sa démarche : Les précisions de l'auteur de la lettre ouverte aux « poules mouillées » du Net.
Par Xavier Berne Publiée le 25/06/2012 à 12:06
Publicité