Afripédia : un projet pour promouvoir Wikipédia en Afrique

Francophonie numérique 11
Wikimédia France a signé le 15 juin dernier une convention avec l’Institut français et l’Association universitaire de la Francophonie (AUF), visant au développement de Wikipédia en Afrique. Constatant que « l’essentiel des contributions sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia est aujourd’hui le fait de contributeurs du Nord », ces trois institutions ont mis sur pied un projet, Afripédia, afin de favoriser l’accès des habitants de ce continent aux connaissances de l’encyclopédie libre, mais également pour qu’ils y contribuent.

afripédia signature darcos CC 
Signature de la convention Crédits : SereinWMfr CC Attribution-Share Alike 3.0 Unported license

Pour favoriser l’accès d’un maximum d’Africains à Wikipédia, Afripédia va s’appuyer sur des mesures techniques permettant une consultation hors ligne des contenus francophones. Concrètement, des sauvegardes régulières de l’encyclopédie vont être effectuées par Kiwix, un logiciel libre développé pour distribuer des versions de Wikipédia ne nécessitant pas de connexion Internet. Ces captures devraient même s'étendre au Wikitionnaire.

Les données recueillies seront ensuite dupliquées sur des clés USB, lesquelles fonctionneront « sur un mini-ordinateur extrêmement économe en énergie, sans écran et sans clavier, diffusant le contenu de la clé par wifi hors-ligne ». Dès lors, ce dispositif technique devrait permettre de lever certaines barrières techniques que rencontrait l'accès à l'encyclopédie libre jusque-là, tant en termes de matériel que d'accès au réseau.

capture kiwix CC 
Capture d'écran du logiciel libre Kiwix - Crédits : Kelson.

Ce dispositif sera ensuite promu, notamment auprès des étudiants et universitaires africains. En effet, ces versions de Wikipédia seront installées plus particulièrement dans des « campus numériques francophones » de l’AUF, où des formations spécifiques seront données.

Cela devrait contribuer au succès du second axe du projet, qui vise à « la production d’articles consacrés à l'Afrique et rédigés par des contributeurs africains ». Autrement dit, il ne s’agit pas seulement de faire bénéficier d’un accès à des connaissances, mais à pousser à la création de nouveaux contenus écris par et pour les principaux destinataires du dispositif. 

Expérimenté dans un premier temps dans une vingtaine d’universités d’ici à l’automne prochain, le projet pourrait être « déployé à plus grande échelle en 2013 si ses résultats sont bons ».
Par Xavier Berne Publiée le 19/06/2012 à 14:56
Publicité