S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Rapatriement des centres d’appels : France Télécom-Orange saisit la perche

Opération séduction

Gervais Pellissier, directeur général délégué du groupe France Télécom-Orange, a déclaré hier à Reuters que sa société serait prête à rapatrier ses centres d'appels en France. Une condition a toutefois été posée : que ces services d'assistance téléphonique aient le droit de fonctionner 24 heures sur 24.

Vieux téléphone

Hier, nous expliquions dans nos colonnes que le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, venait d’effectuer des tractations auprès des acteurs de la filière télécom, afin qu’ils relocalisent leurs centres d’appels en France. Dans l’objectif de favoriser l’emploi national, le ministre demandait également aux opérateurs d’acheter du matériel et des équipements « Made in France », pour le bien de l’économie française.

France Télécom-Orange n'a pas tardé à saisir l’occasion, puisque Gervais Pellissier, l'un des responsables du groupe, a affirmé hier que ces rapatriements seraient possibles, à la condition que ses centres puissent fonctionner sans interruption. Pour le groupe, les services d’assistance téléphonique ne sont pertinents que s’ils sont disponibles tout le temps, y compris les soirs et week-ends. 

« Nous sommes prêts à le mettre en oeuvre [ndlr : ce projet] (...) en gardant à l'esprit qu'il est indispensable pour pouvoir continuer à proposer le même service 24 heures sur 24 avec des salariés français », a déclaré le directeur général délégué du groupe à Reuters. Contacté par PC INpact, France Télécom-Orange a confirmé qu'un projet était à l'étude, mais qu'aucun commentaire supplémentaire ne pouvait être fait à son sujet. Force est de constater que le travail n'est pas interdit en France les soirs et week-ends, mais les questions soulevées pourraient toucher à l'encadrement des conditions de travail et donc sensibiliser les syndicats du groupe.

Gervais Pellissier a également expliqué à nos confrères de Reuters que seul un tiers des employés de France Télécom-Orange consacrés aux centres d’appels se trouvait à l’étranger, et qu’il serait donc moins compliqué pour le groupe de les rapatrier en France que pour ses concurrents. De surcroit, cette relocalisation présenterait d’après lui l’avantage d’améliorer la compétitivité de l’entreprise. Il en a enfin profité pour rappeler que le groupe avait déjà fait des gestes similaires dans le passé, en rapatriant par exemple d’Amérique latine ses centres d’appels espagnols.
Publiée le 14/06/2012 à 13:49

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;