S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Un FAI européen sur cinq bride le P2P, Neelie Kroes veut de la transparence

Justin bride où ?

Si les restrictions de protocoles dans le secteur de l’internet mobile sont monnaie courante à travers le monde, la chanson est différente sur les lignes fixes. Pourtant, selon les FAI européens, 30 % d’entre eux mettent en place des pratiques de régulations, et 18,4 % s’attaquent directement au P2P. De quoi se questionner sur le respect de la neutralité du Net.

BEREC restrictions FAI operateurs Europe

20 % des abonnés européens au fixe concernés par une restriction

Selon les données publiées hier dans ce document par le BEREC, office créé il y a deux ans et représentant les régulateurs européens des télécoms, 49 FAI européens sur 266 imposent des restrictions sur le Peer to Peer à leurs abonnés, tandis que 41 opérateurs mobiles sur 115 (soit 35,6 %) en font de même.

Quant à la VoIP, elle n’est pas limitée sur les réseaux fixes, mais 28 opérateurs mobiles, soit un quart des opérateurs sondés, avouent restreindre ce protocole. D’après le BEREC, 20 % des abonnés européens sont ainsi touchés par ces types de restrictions, qu’elles concernant le P2P ou la VoIP.

381 opérateurs interrogés

Notez que ces informations ont pour sources les opérateurs télécoms européens eux-mêmes. Le BEREC a en effet envoyé aux opérateurs en fin d’année un questionnaire sur leur façon de gérer le trafic, qu’il soit fixe ou mobile. 414 opérateurs différents ont répondu, soit 266 FAI et 148 opérateurs mobiles, dont 33 MVNO, exclus des statistiques du BEREC du fait de leurs réponses équivalentes aux opérateurs disposant de licences. Les réponses de 381 opérateurs télécoms ont donc été analysées, représentant tout de même 140 millions d’abonnés internet et 200 millions d’abonnés mobiles.

Outre les données ci-dessus, le document du BEREC confirme que certains opérateurs « priorisent » certains types de consommations lors des pics de trafic. Sont citées parmi les priorités le HTTP, la VoIP, les messages instantanées, les jeux en ligne, etc. Les autres, et en particulier le P2P et tout ce qui peut avoir trait au téléchargement sont ainsi mis au second plan. Cela peut expliquer l’accès difficile à certains contenus ou services aux heures de pointes.

BEREC restrictions FAI operateurs Europe

Les opérateurs doivent mieux informer les consommateurs

Neelie Kroes, commissaire européenne chargée du numérique, a immédiatement réagi à la publication de ce document réalisé conjointement avec la Commission. La politicienne néerlandaise a ainsi publié plusieurs propositions visant à améliorer l’information sur les FAI et opérateurs mobiles, ceci afin que le consommateur soit parfaitement au courant des détails techniques offerts.

La commissaire souhaite par exemple de fortes améliorations au sujet des débits proposés par les opérateurs. Au lieu des débits théoriques maximums affichés, les opérateurs devraient plutôt informer sur les débits réels, sur le minimum, le maximum, les débits offerts selon les heures creuses ou de trafic important, le débit internet lorsque l’on regarde la télévision, etc.

Autre proposition, les opérateurs devraient indiquer clairement ce que peuvent consommer les clients, au lieu de se contenter du fameux « fair use ». Neelie Kroes rajoute que si l’accès à Internet n’est pas complet et est donc bridé, cela ne devrait pas être commercialisé comme un accès à Internet. Une proposition qui revient sur le débat des accès internet mobile qui ne permettent que de surfer.

« Je veux être sûre que les consommateurs sont conscients de ce qu'ils obtiennent, et ce qu'il leur manque » a fourni en guise de conclusion la commissaire européenne. « Je vais continuer à surveiller le marché afin de m'assurer que les consommateurs européens ont généralement accès à des forfaits Internet à part entière compétitifs, fixes et mobiles. »
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 30/05/2012 à 18:05

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;