Apple rejette une application qui intègre le micro-paiement via Flattr

Forcément, si elle ne peut pas prendre 30 % de com' 37
Flattr, le système de micro paiement social, indique sur son blog qu'Apple serait en train de bloquer des applications qui utilisent son système de rémunération dès lors qu'il est intégré au sein de celles-ci. La première dans cette liste fut Instacast éditée par Vemedio, avant qu'elle ne fasse marche arrière et enlève Flattr de son application.

Instacast

Ce système de paiement au sein d'Instacast n'est pas nouveau ; il avait été officialisé en février dernier. Cependant, début mai, lorsque l'éditeur a voulu publier une mise à jour de son application corrigeant divers bugs, Apple a soudain changé son fusil d'épaule et a supprimé l'application de l'App Store.

La raison invoquée par la firme de Cupertino est la suivante : la règle 21.2 des lignes directrices pour les développeurs indique que « les donations doivent être uniquement collectées via Safari ou par SMS ». Il ne faut donc pas que le système de micro-paiement ait une implémentation interne à l'application comme un simple bouton pour que la validation soit accordée.

Cependant, avec cette nouvelle méthode qui externalise le paiement, de nombreux utilisateurs ne mettent plus la main au porte-monnaie, car trop complexe, et ne rémunèrent donc plus les auteurs, comme ils le feraient indique Flattr.

Après avoir modifié son code et implémenté différemment Flattr le 18 mai, Vemedio a de nouveau soumis son application à Apple et une nouvelle fois, elle a été rejetée. Le 24 mai, l'éditeur décide d'enlever toute la partie dédiée au micro-paiement social au sein d'InstaCast... et celle-ci a été validée et a fait son retour sur l'App Store dès le 26 mai.

Flattr et Vemedio indiquent chacun de leur côté qu'ils continuent de discuter avec Apple. Ils testent différentes implémentations pour déterminer ce qu'il est possible ou non de faire au sein d'une application pour iOS afin de conserver le système de micro-paiement.

Si la firme de Cupertino continue à refuser toute implémentation au sein d'une application, les deux compères de fortune exposeront aussi leur cas durant la WWDC, la conférence dédiée aux développeurs qui gravitent autour d'Apple. Reste que cette dernière refuse certainement cette méthode pour de simples raisons de sécurité.
Publiée le 29/05/2012 à 09:30
Damien Labourot

Journaliste High-tech gravitant autour de la mobilité (smartphone, tablette, portable) et toujours prêt à de nouvelles expériences.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité