Visual Studio 11, la coupe franche dans les applications Desktop

Le Bureau n'aura clairement plus les faveurs 64
Microsoft a récemment dévoilé ses tarifs pour Visual Studio 11. Au passage, l’éditeur a confirmé que plusieurs éditions Express, donc gratuites, seraient proposées aux éditeurs. Techniquement, ces solutions sont autonomes et ne nécessitent pas de compléments. Dans la pratique, un vide conséquent se crée au niveau des applications Desktop habituelles.

visual studio 11

Dans toutes les directions, sauf celle du Desktop

Visual Studio 11 proposera quatre éditions Express :
  • Visual Studio 11 Express pour Windows 8
  • Visual Studio 11 Express pour le Web
  • Visual Studio 11 Express pour Windows Azure
  • Visual Studio 11 Express pour Windows Phone
Dans chaque cas, on trouve évidemment des outils adaptés et un support des langages évoluant. Pour l’édition Windows 8 par exemple, on retrouve C#, C++, Visual Basic et JavaScript, en clair des langages supportés par les API WinRT.

La « star » des éditions Express sera évidemment la version Windows 8. Avec elle, les développeurs auront la possibilité de créer des applications Metro et de les publier sur le Windows Store. Pour ce deuxième point cependant, il sera nécessaire de posséder un compte développeur (99 dollars par an).

Bien que les projets complexes puissent bien sûr nécessiter une version plus complète de Visual Studio, l’édition Express représente un outil gratuit qui aboutit aux mêmes résultats. Manière évidemment pour Microsoft de diriger les regards vers les applications Metro et l’environnement WinRT. Et pour cause : il n’existera plus aucune version gratuite pour les applications Desktop.

Un vide important

Visual Studio Express se distinguait jusqu’à présent par la possibilité de créer des applications Win32 sans dépenser des centaines ou des milliers d’euros. Mais si le développeur veut développer gratuitement, il est tributaire des outils que fournit Microsoft dans ce domaine. Avec la version 11, Visual Studio part dans quatre directions différentes (applications Metro, web, Azure et Windows Phone) qui sont celles qui arrangent bien sûr l’éditeur.

Ars Technica, qui s’inquiète également de cette importante modification, relève un autre point. Le SDK de Windows 7 contient bien un compilateur C++, mais ce n’est pas le cas de celui pour Windows 8. Le site constate que même si le Desktop restera encore un bon moment, Microsoft coupe les moyens d’accès simples pour y créer de nouvelles applications. Il restera la possibilité de se tourner vers les éditions 2010 Express, mais Ars Technica note que le compilateur C++ fourni n’est absolument pas du niveau de celui présent dans Visual Studio 11 Professional (et éditions plus complètes), qui profite de nombreuses améliorations.

Reste pour les développeurs tiers la possibilité de se tourner vers d’autres outils. L’environnement de développement Eclipse par exemple (avec le plug-in CDT), ou encore Code::Blocks. Ceux que le langage Qt intéresse, QtCreator sera probablement le plus adapté. 
Publiée le 25/05/2012 à 16:03
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité