S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Musique en France : le numérique représente 28 % du marché

Et les CD continuent de sombrer

Le Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP) a dévoilé cette semaine le bilan de la musique en France au premier trimestre 2012. Le syndicat nous apprend que les ventes physiques continuent de s’effondrer (-13 % en un an), tandis que le marché numérique ne compense qu’en partie cette chute avec une augmentation des ventes de 23,9 %. Au final, le marché a reculé de 5 % sur le trimestre. La faute à un mois de mars catastrophique (-9 %).

SNEP musique france T1 2012

Le numérique représentera bientôt un tiers du marché en France

Le marché français de la musique, qu’il soit physique ou numérique, a donc généré au premier trimestre 115,7 millions d’euros contre 121,8 millions d’euros en 2011. 83,1 millions d’euros viennent des ventes de CD, DVD audio et aux vinyles, tandis que le numérique a rapporté 32,6 millions d’euros.

Le numérique représente désormais plus de 28 % du chiffre d’affaires du secteur, contre 18 % au premier trimestre 2010 et 21,5 % au premier trimestre 2011. Grâce à sa forte croissance et au recul du physique, le numérique a donc réalisé un bond important en l’espace d’un an. Ce pourcentage est néanmoins très éloigné de ce qui peut se constater à l’étranger, et notamment aux États-Unis, où plus de la moitié des ventes est aujourd’hui réalisée sous forme numérique.

Les abonnements au streaming à la fête

Dans les détails, les ventes numériques se divisent comme suit :
  • Téléchargement internet : 17,2 millions d’euros (+27,8 %)
    • Dont 7,57 millions d’euros de singles (+25,9 %)
    • Dont 7,97 millions d’euros d’albums (+22,1 %)
  • Abonnements : 8,7 millions d’euros (+46,2 %)
  • Streaming gratuit financé par la publicité : 4,1 millions d’euros (+31,2 %)
  • Téléphonie mobile : 2,6 millions d’euros (-31%)
Les évolutions concordent avec celles constatées auparavant. Les sonneries pour téléphone, un temps très lucratif, ne cesse de s’effondrer. Alors qu’elles représentaient encore 14 % du chiffre d’affaires en 2011, elles n’en génèrent plus que 8 % désormais. A contrario, les téléchargements représentent aujourd’hui 53 % des ventes (+2 points) et le marché du streaming payant et gratuit 39 % des ventes (+4 points), porté par Deezer et tous les services équivalents.

Les bienfaits d'Hadopi

Le SNEP note que grâce à Hadopi et la fermeture de Megaupload et Megavideo, l’audience des sources illégales a diminué tandis que des sites légaux comme iTunes ont vu leur audience croître fortement depuis deux ans. Au sujet d’Hadopi, le syndicat précise qu’un million de premiers mails d’avertissement ont été envoyés et que « 95 % des destinataires ne se voient pas reprocher de manquement à leur obligation de surveillance ».

93 500 lettres recommandées ont été envoyées, et 92 % des personnes ayant reçu ces lettres ne se voient pas reprocher de nouveau comportement illicite ensuite assure le SNEP. Enfin, 160 dossiers ont été envoyés pour les foyers pris la main dans le sac une troisième fois. « 98 % disparaissent des écrans radar de l’Hadopi. » Ces chiffres sont tirés du dernier bilan de la Commission de la Protection des Droits (CPD), qui annonçait toutefois que 296 dossiers étaient en phase trois, et non 160 comme le note le SNEP.

Enfin, le syndicat, sans citer ses sources, annonce que le nombre d’internautes adeptes du P2P est passé de 5,7 millions en octobre 2010 à 3,1 millions en février 2012.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 25/05/2012 à 15:18

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;