"Entre le 15/05 et le 15/12/11, aucun film français téléchargé sur le Web"

Gaumont et merveilles 139
Dans le dernier rapport financier annuel de Gaumont, Nicolas Seydoux a dressé un bilan de la lutte contre le téléchargement. Ce très sérieux document a été diffusé avant l’élection présidentielle. Il témoigne à la fois des inquiétudes du secteur et de la volonté de sanctuariser les acquis. Le tout à l'aide d'affirmations parfois surprenantes. (rapport financier annuel 2011.pdf)

Gaumont document de référence

« Au cours de l’année 2011 et pour le seul secteur audiovisuel, l’Alpa a détecté 110 millions d’incidents et envoyé 8,7 millions de procès-verbaux à l’ Hadopi » évalue d’entrée Nicolas Seydoux, président du Conseil d’Administration de Gaumont et de l'ALPA. A partir de là, la Hadopi « pour le compte de l’audiovisuel et de la musique, a adressé 800 000 premières recommandations, soit 800 000 mels, à des abonnés contrefacteurs, 70 000 lettres recommandées avec accusés de réception et près de 200 dossiers étaient en cours d’instruction par la Commission des droits à la fin de l’année 2011 ».

Contrairement à ce pense Nicolas Seydoux dans ce document institutionnel, les abonnés ne sont pas des « contrefacteurs », puisqu’on est dans le cadre de la négligence caractérisée. Ces mêmes abonnés ne sont d’ailleurs même pas condamnés tant qu’un juge n’est pas intervenu. La faute à ces procédures à respecter jusqu'au bout.

Aucun film français téléchargé sur le web en 7 mois

Seydoux rappelle encore d’autres éléments survenus ces derniers mois : « grâce aux moyens développés par l’Alpa, trois administrateurs de sites ont été condamnés à des peines allant de 6 à 12 mois de prison avec sursis et à des amendes de € 130 000 à € 500 000. Un caméscopeur, première source d’approvisionnement du net en films français avant leur sortie sur DVD, a été arrêté au mois de mai 2011, et condamné au début de l’année 2012 à neuf mois de prison avec sursis et à € 370 000 de dommages et intérêts ». Plus ambitieusement, il affirme dès lors qu’ « entre le 15 mai et le 15 décembre 2011, aucun film français n’a été téléchargé sur le Web ». Des propos que les internautes apprécieront sans cliquer du rictus, svp.

Jacques Toubon Nicolas Seydoux Pascal Rogard
Jacques Toubon (Hadopi), Pascal Rogard (SACD), Nicolas Seydoux (Gaumont-ALPA) (photo MR 2012)

50/50

Dans le même temps, la tête de Gaumont-ALPA reconnaît qu’il est complexe de dresser un bilan de la lutte contre le piratage en France. Une mission que doit justement remplir Pierre Lescure en préparation de l’Acte 2 de François Hollande : « La réponse est complexe car, si le volume du téléchargement illicite sur les réseaux pair à pair est bien cerné, celui sur les sites de streaming est plus approximatif ». Mais le numéro un de Gaumont et de l’ALPA se satisfait d’une « opinion partagée » déjà avec lui-même : « L’opinion partagée est que les deux technologies se partagent sensiblement pour moitié le volume des téléchargements illicites ». Pas un quart/trois-quart, ni un tiers/deux tiers, mais 50/50 dont une moitié présente donc des « volumes approximatifs »...  Mais peu importe : « les actions conjointes de l’ Alpa et de l’ Hadopi ne sont sans doute pas étrangères à ce phénomène ». Sans doute.

Avec toutes ces mesures, le déréférencement d’Allostreaming, la fermeture de Megaupload, etc. Seydoux considère de son fauteuil que le téléchargement illicite a diminué de 50% pour le cinéma, et 30% pour la musique. Dans le même temps, le « téléchargement licite des films a vu son audience sensiblement doubler depuis la fermeture de nombreux sites de streaming illicite ». Bref : Gaumont et Merveilles ! les procès en contrefaçon, la réponse graduée contre le P2P, etc. seraient d’une efficacité hors pair.

Et que ces choses soient dites et assimilées sans tiquer car « sans être parfaite, comme toute solution d’un sujet complexe, l’Hadopi mérite mieux que les commentaires désobligeants et inexpérimentés que certains voudraient faire prévaloir ». Et notamment ces fichus amateurs-de-films-français-désormais-incapables-de-trouver-un-film-sur-le-web.
Publiée le 24/05/2012 à 15:18
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité