S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Suggestion du mot « juif » : médiation entre Google et les associations

De la neutralité des moteurs

Fin avril, des poursuites étaient engagées contre Google, à qui il était reproché d’associer automatiquement le terme « juif » avec le nom de certaines personnalités dans le cadre de ses suggestions de recherche (Google Suggest). Les avocats de la firme de Mountain View et des associations plaignantes ont finalement convenu de nommer un médiateur, lequel aura jusqu’au 27 juin pour trouver une solution.

françois hollande google suggest

Jonathan Hayoun, le président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), déplorait il y a quelques semaines que « le terme « juif » [soit] souvent proposé par Google Suggest lorsqu’une recherche est faite sur le nom d’une personnalité ». Avec deux autres associations, SOS Racisme et le MRAP, il avait alors assigné la firme de Mountain View en référé.

Le problème soulevé est à la fois simple et complexe : Google Suggest suggère automatiquement des termes de recherches au fur et à mesure qu’un utilisateur saisit sa requête. Et c'est l'association entre le nom de personnalités et le mot "juif" qui ont suscité la protestation et la plainte des associations précitées.

Contacté par PC INpact, M. Hayoun a déclaré qu’une « porte de sortie » avait été trouvée « au dernier moment » entre leurs avocats et ceux de Google. Les deux parties ont ainsi décidé de nommer un médiateur, qui sera chargé de mener une concertation. Les associations espèrent ainsi pouvoir trouver une « solution durable », qui permettrait de mettre fin au litige et au procès.

En effet, si tel n’était pas le cas d’ici au 27 juin, l’affaire retournerait devant la justice. Le président de l’UEJF s’est toutefois déclaré « ravi d’avoir trouvé un accord », pour lequel « tout laisse à penser qu’une solution soit trouvée ». Google a pour sa part confirmé cette demande conjointe de médiation, et a affirmé être « solidaire de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ».

Comme souligné par le juriste Cédric Manara dans les colonnes d'Owni, la mesure risque de provoquer un effet boule de neige, avec en coulisse, la question de la neutralité des moteurs. C'est d'autant plus vrai que Google effectue déjà un tri préalable dans ses suggestions en supprimant des termes pornographiques, violents, incitant à la haine ou liés à des atteintes au droit d'auteur... Preuve que l'automatisme de Google Suggest est très relatif.

La firme de Mountain View avait déjà été condamnée en 2009 par le tribunal de commerce de Paris, pour l’association du terme « arnaque » à celui d’une entreprise.
Publiée le 24/05/2012 à 08:28

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...
;